Gouvernement Ouvert, le Hackathon de Paris


En avril 2014, la France a rejoint le Partenariat pour un Gouvernement Ouvert (Open Governement Partnership, OGP). Ce partenariat est né en 2011, à l’initiative de huit pays (Afrique du Sud, Brésil, Etats-Unis, Indonésie, Mexique, Norvège, Philippines et Royaume-Unis) et regroupe aujourd’hui soixante-dix pays.

opg

 

L’objectif de ce partenariat est de créer une plateforme internationale à l’intention des décideurs politiques pour promouvoir des gouvernements ouverts, responsables et réactifs vis-à-vis des citoyens.

Pour ce faire, les pays doivent remplir certains critères afin de pouvoir devenir membre de l’OGP.  Il convient d’avoir activé des politiques permettant :

          Une transparence budgétaire et fiscale

          Un accès à l’information

          Une divulgation des actifs des fonctionnaires

          Un engagement et une participation des citoyens dans la prise décision politique

L’OGP est donc ouvert aux pays qui ont déjà mis en place des mécanismes permettant la transparence des comptes publiques et la participation citoyenne à l’action publique. L’éligibilité finale des pays dépend des résultats obtenus selon une méthode de notation pour ces critères (les pays doivent atteindre un minimum de 12/16 afin d’être éligible). Les résultats des pays membres aux critères d’éligibilités sont publiés en ligne.

Une fois membre, les pays s’engagent à respecter la déclaration de gouvernement ouvert (Open Governement Declaration) qui précise quatre principes d’action :

          Augmenter le volume d’information disponible sur les activités des gouvernements

          Encourager la participation civique dans l’élaboration et la formulation de politiques

          Mettre en place des standards d’intégrité professionnelle à travers les administrations

          Augmenter l’accès aux nouvelles technologies ouvertes et responsables

L’OGP repose sur un comité (steering committee) élu chaque année avec une présidence tournante (annuelle), un secrétariat et des groupes de travail. Depuis l’automne 2016, la présidence est française. Dans ce contexte, la France qui préside le comité directeur doit :

          Etre un exemple des principes portes par l’OGP

          Encourager d’autres pays à rejoindre l’OGP

          Représenter l’OGP dans les médias

          Siéger dans le sous-comité « Gouvernance et Leadership »

          Organiser et accueillir le sommet biannuel 

Ainsi, du 7 au 9 décembre 2016, la France organise et accueille le Sommet mondial du partenariat. Ce sommet regroupe des conférences, ateliers, séances plénières et un toolbox Hackathon.

Le Hackathon compte 288 participants venus de 78 pays qui travaillent sur 70 projets du 7 au 9 décembre au Palais de l’Elysée. Sur les 70 projets, 16 sont déjà publiés et un lauréat recevra un prix à la Mairie de Paris.

Selon Romain Tales, responsable du recensement des données publiques Etalab, l’OGP toolbox est une plateforme qui va permettre de référencer des outils open source qui vont permettre de créer une base de connaissance avec des données brutes et du code brute librement accessible et librement réutilisable.

Parmi les projets, on retrouve des outils pour :

          Présenter les budgets nationaux

          Tracker les financements de l’OCDE

          Tracker des projets publics

          Créer une base de données sur les produits alimentaires

          Mapper le secteur de l’énergie

          Créer une plateforme de vote

          Créer une plateforme d’analyse des documents de consultation publique

          Créer une plateforme collaborative d’édition de document

          Créer des mindmap collaborative

          Créer un hackathon international

 

Ces projets témoignent de l’effort de transparence en matière de politiques publiques, mais aussi l’agrégation de données utiles à la société civile et institutionnelle mais aussi des outils collaboratifs notamment pour faciliter les projets internationaux. Selon Romain Tales, le lauréat sera un projet qui permet la transversalité, la création d’intelligence collective entre plusieurs pays, un aspect open source et qui permet d’industrialiser un projet concret (boite à outil, site web, application).

 

Bibliographie :

http://www.opengovpartnership.org/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Partenariat_pour_un_gouvernement_ouvert

https://fr.ogpsummit.org/osem/conference/ogp-summit

http://www.elysee.fr/communiques-de-presse/article/hackathon-ogp-toolbox/

https://hackathon.ogpsummit.org/projects

http://www.elysee.fr/videos/reportage-retour-sur-le-hackathon-a-l-elysee-dans-le-cadre-du-sommet-mondial-du-partenariat-pour-un-gouvernement-ouvert/?input-search=&input-date1=&input-date2=&input-theme=&input-type2=1&search_index=0#content

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *