Des cartes pour les malvoyants


Dans le cadre des journées européennes du patrimoine se tenant les 19 et 20 septembre, la région Île-de-France a publié une cartographie interactive représentant les lieux et événements accessibles aux personnes en situation de handicap (lien).

Patrimoine et handicap : les lieux accessibles à tous

En particulier, cette carte est présentée de la façon suivante :

« Pour que chacun puisse participer à cet événement, nous avons listé les lieux et les événements franciliens accessibles aux personnes en situation de handicap ».

Nous ne pouvons qu’encourager ce type d’initiative, toutefois il est regrettable qu’une carte aidant les personnes en situation de handicap à connaître les lieux qui leur sont accessibles soit elle-même en partie inaccessible.

En effet, comment les malvoyants peuvent-ils exploiter cette carte qui, comme presque toutes les cartes, consiste en une visualisation de données ?

Ce problème de l’utilisation des cartes pas les malvoyants n’a pas à l’heure actuelle de réponse simple à mettre en œuvre.

Des équipes de recherche travaillent cependant sur la question, en particulier une équipe de l’Institut de Recherche en Informatique de Toulouse (IRIT) ayant développé un prototype de carte multimodale (lien vers le projet). Il s’agit de la combinaison d’une carte papier en relief posée sur une tablette tactile sur laquelle est représentée la même région géographique que la carte papier. La personne malvoyante se repère ainsi dans l’espace en touchant la carte papier en relief, cette dernière fait ainsi contact avec la tablette tactile qui diffuse sous forme audio des informations supplémentaires sur les éléments touchés par l’utilisateur du dispositif.

Présentation du prototype de carte multimodale

Ce dispositif est très intéressant du fait de la combinaison des informations apportées par le toucher et le son ce qui permet de renseigner de façon relativement complète l’utilisateur du dispositif. L’inconvénient majeur étant toutefois que cet outil se limite pour l’instant à des aires géographiques restreintes puisqu’il est nécessaire de constituer les informations sonores des lieux recherchés.

Toutefois, en parallèle de ces travaux, nous pouvons d’ores et déjà tous contribuer à « OSM for the blind » (lien vers le projet), un groupe de projets ayant pour but de développer l’accessibilité des services d’Open Street Map.

Notre rôle est ainsi de compléter les informations déjà présentes sur les cartes d’Open Street Map en précisant par exemple si les passages piétons possèdent ou non un repère sonore ou un trottoir abaissé, en indiquant tous les équipements possédant des marquages en braille ou encore les commerces équipés d’aménagements spéciaux pour les malvoyants.

Ainsi, c’est la contribution de chacun qui permettra un rapide recensement de ces lieux pour qu’à l’avenir les cartes puissent s’adapter à l’utilisation des malvoyants.