Les labels alimentaires cartographiés en France métropolitaine.


En mars 2015, Baptiste Coulmont, maître de conférences en sociologie à l’université Paris 8, propose une nouvelle carte qui combine la répartition spatiale de l’ensemble des AOC mais aussi des AOP et des IGP à l’échelle communale en France métropolitaine.

Mais qu’est-ce qu’une AOC-AOP-IGP ? Il s’agit tout d’abord de labels du secteur alimentaire reconnu par l’Etat qui ont un but commun : celui d’identifier les produits pour les consommateurs. Ces signes officiels permettent aussi d’assurer une protection contre les usurpations.

L’AOC soit Appellation d’Origine Contrôlée créée en 1935 désigne – d’après le Ministère de l’Agriculture français – «  un produit dont toutes les étapes de fabrication sont réalisées selon un savoir-faire reconnu dans une même zone géographique, qui donne ses caractéristiques au produit. » Ce signe permet donc l’identification de la qualité et de l’origine du produit.

L’AOP soit l’Appellation d’Origine Protégée créée en 1992 est l’équivalent européen des AOC. Ce signe permet de protéger le nom du produit dans toute l’Union européenne.

De son côté, l’Indication Géographique Protégée (IGP) créée en 1992 aussi, concerne des produits dont au moins une des étapes a eu lieu dans une zone géographique. Ce signe est également européen.

 

 

Ainsi, pour réaliser sa carte, Baptiste Coulmont, croise plusieurs données provenant de trois fichiers différents. Le premier liste pour chaque commune, identifiée par son département, son nom et son code INSEE, les aires géographiques des appellations AOC/AOP qui se situent sur la commune. Le deuxième, liste pour chaque commune, identifiée par son département, son nom et son code INSEE, les aires géographiques des IGP présentes sur la commune. Ces deux fichiers sont disponibles sur le site du Ministère de l’Agriculture français et sont produites par l’INAO (Institut national de l’origine et de la qualité). Quant au dernier fichier, il s’agit d’une carte de la France métropolitaine ayant un découpage communal provenant du site de l’IGN (Institut National de l’information Géographique et forestière).

L’auteur utilise un figuré de surface pour définir le terroir et la qualité en France métropolitaine. Selon le nombre de labels présents sur un même territoire, la couleur s’intensifie, du vert au rouge en passant par le jaune et l’orange. Le dégradé de couleur est présent et il existe des teintes à l’intérieur de chaque couleur forte. Les valeurs sont ordonnées et hiérarchisées selon la densité de labels. On remarque cependant une partie grisée, notamment dans le Nord. L’auteur l’explique par l’absence d’information sur les fichiers produits par l’INAO. Aussi, il manque trois éléments primordiaux sur cette carte, à savoir, l’échelle, l’orientation et la date de conception. La légende aurait pu être plus explicite et ne pas se contenter de laisser les classes telles quelles.

Globalement, nous pouvons faire le constat que les régions minières et industrielles sont vertes, soit possédant moins de quatre labels, tout comme la Bretagne. Les zones les plus rouges et donc ayant le plus de labels sont la Corse, la partie Ouest de la France en passant par la zone méditerranéenne et la frontière Suisse.

 

Pour conclure, cette carte nous renseigne donc sur la quantité d’AOC-OAP-IGP attribuées en France par commune. Le type de produit n’est pas pris en considération et il faut faire attention à ne pas penser qu’il existe une diversité alimentaire dans toutes les régions. En effet, environ 500 labels sont attribués au secteur viticole, ce qui le place en tête de produit protégé, et certaines régions vivent exclusivement de ce marché. La teinte rouge sur la carte ne veut donc pas dire diversité mais nous renseigne uniquement sur le nombre de labels présents.

Je trouve donc cette carte intéressante car elle nous renseigne sur la densité de trois labels attribués, mais cependant, on ne connait pas réellement les produits alimentaires qui y sont associés et nous pouvons vite faire l’amalgame entre la diversité alimentaire produite en France et la densité des labels présents. De plus, il ne faut pas oublier que certaines régions produisent mais n’ont pas de labels, comme le Nord par exemple. Les trois autres labels alimentaires reconnus par l’Etat : Agriculture Biologique (AB), le Label Rouge (LR) et la Spécialité Traditionnelle Garantie (STG) ne sont pas non plus représentés.

 


Léa ANJOU

Sources :

-> http://coulmont.com/blog/2015/03/29/aoc-igp/
-> https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/aires-geographiques-des-aoc-aop/
-> https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/aire-geographique-des-igp/

 


A propos de Léa Anjou

Étudiante en master 2 Géomatique appliquée aux études urbaines et aux risques à l'université de Cergy-Pontoise, je suis aussi présidente de l'association sportive de roller derby "Badass Ladies".