Les drones vont percer les secrets des pyramides égyptiennes


Depuis 4500 ans, les pyramides d’Egypte gardent silencieusement et secrètement des mystères. Elles intriguent encore aujourd’hui les plus éminents chercheurs de la planète.

Le ministre égyptien des antiquités a annoncé le 25 octobre au Caire, qu’un projet visant à scanner les pyramides allait voir le jour dans le but de comprendre « comment les pyramides ont été construites et ce qu’elles cachent ». Cela fait plus d’une cinquantaine d’années que l’on affirme vouloir réétudier ces monuments légendaires grâce notamment aux avancées techniques, aux outils collaboratifs et aux nouvelles technologiques.

Le projet Scan-Pyramids démarre début novembre 2015 et doit durer jusqu’à la fin de l’année 2016 pour un budget total d’un million d’euros. Ce projet est également conduit par trois universités : Le Caire, Laval (Québec) et Nagoya (Japon). De plus, plusieurs organisations et associations interviennent dans ce projet comme le KEK (laboratoire japonais spécialisé dans la physique des particules) ou encore le HIP Institut (organisme français pour l’Héritage, l’Innovation et la Préservation). L’HIP Institut est à l’origine de la conception du projet scientifique Scan-Pyramids en collaboration avec la Faculté des ingénieurs de l’Université du Caire. C’est l’institut français qui sera en charge de piloter la mission, Hany Helal ingénieur au cœur du projet affirme « Avec cette mission, nous ne serons peut-être pas en mesure de résoudre le mystère des pyramides, mais nous faisons des progrès, nous testons de nouveaux processus, et nous aurons sans aucun doute une meilleure compréhension de ce qui se cache au sein des murs massifs des pyramides».

Différentes technologies seront utilisées pour l’exploration des pyramides mais sans jamais dégrader les édifices. Il y a aura tout d’abord des missions de thermographie infrarouge (technique utilisée dans l’industrie aérospatiale) dans le but de définir une carte thermique des monuments et permettant une analyse détaillée en détectant les vides intérieurs proches de la surface de calcaire.

Pyramides 1

La thermographie infrarouge (source: http://www.hip.institute/)

Ensuite, les pyramides vont subir une radiographie par détecteur de muons (projection de particules élémentaires) dans le but cette fois-ci  de visualiser avec précision la présence de possibles structures inconnues au cœur même des pyramides.

Visualiser la radiographie par détecteur de muons (source: http://www.scanpyramids.org/)

Pour finir, la société Iconem va utiliser des drones et des scanners au laser pour produire une reconstitution en 3D. Ainsi la photogrammétrie laser aura une exigence de précision au centimètre près aussi bien pour l’intérieur que pour l’extérieur des pyramides, autrement dit une définition d’image révolutionnaire. Ces technologies non-invasives et non-destructrices étaient obligatoires pour protéger les monuments et fournir des images et des cartographies sur des zones encore inexplorées. Les résultats des modélisations seront par la suite mis à disposition du grand public.

Pyramides 2

Les drones et les scanners au laser, la reconstitution en 3D (source: http://www.hip.institute/)

Les drones, scanners et autres détecteurs sophistiqués qui vont cartographier numériquement vont étudier au total quatre pyramides. Le projet scannera tout d’abord deux petites pyramides à Dahchour au sud du Caire : la pyramide dite rhomboïdale de Snefrou et la pyramide rouge de Snefrou. Ensuite la mission poursuivra avec les grandes pyramides légendaires de Khéops et Khéphren sur le célèbre plateau de Gizeh.

Selon Mehdi Tayoubi, fondateur de l’HIP : « Aujourd’hui, c’est le premier projet à l’échelle internationale qui a recours à une technologie de pointe. L’essentiel est d’avancer en mettant en œuvre de nouvelles approches ». Le projet Scan-Pyramids coïncide également avec l’ouverture pour 2016 du Musée national égyptien des civilisations (NMEC) sur le site des pyramides.

Ce projet n’est pas critiquable car il a fallu attendre d’avoir les bonnes technologies pour le débuter, et on espère simplement qu’à l’avenir, d’autres monuments historiques pourront être étudiés de la même manière. La cartographie numérique couplée avec l’usage des drones et des techniques avancées vont visiblement lever le voile sur le secret des tombeaux de Toutankhamon et de Nefertiti et sur la construction de ces pyramides millénaires.

Site officiel : http://www.scanpyramids.org/

Sources :

http://www.lemonde.fr/culture/article/2015/10/25/des-drones-pour-percer-les-secrets-des-pyramides-d-egypte_4796640_3246.html

http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021431794899-des-drones-pour-elucider-des-secrets-des-pyramides-degypte-1169347.php

http://www.generation-nt.com/scanpyramids-pyramide-secret-scanner-drone-actualite-1920903.html

http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/patrimoine/avec-la-mission-scanpyramids-des-drones-vont-ausculter-les-pyramides-229859

http://www.rts.ch/info/sciences-tech/7199982-scanners-et-drones-pour-percer-le-secret-des-pyramides-d-egypte.html

Jobin Maxime