La télédétection au service des forêts


La flore, et plus particulièrement les forêts, représente un enjeu majeur pour la COP21. En effet, les forêts possèdent une capacité de stockage du carbone intéressante. Ainsi, d’après les données de l’ONF (Office National des Forêts), les forêts métropolitaines françaises stockent en moyenne 65 millions de tonnes de dioxyde de carbone par an. L’ONF estime à plus de 8 milliards de tonnes de CO2 stocké, en ce moment même, dans nos forêts métropolitaines.

D’après les chiffres du ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, les forêts ont un rôle important dans le stockage du carbone. En effet, en comparaison avec les autres écosystèmes terrestres (comme les terres agricoles, les landes, les prairies…), les forêts contiennent une part importante (53 %) du carbone stocké par ces écosystèmes terrestres. De plus, selon le rapport Stern sur l’économie du changement climatique, la réduction de la déforestation (et donc des émissions de carbone dues à la déforestation) pourraient réduire les émissions de CO2 et donc limiter le changement climatique. Une déforestation massive est néfaste pour l’environnement car tout le carbone stocké par la forêt est restitué à l’atmosphère (avec des délais plus ou moins long selon l’utilisation du bois). Afin de compenser les effets négatifs de la déforestation, il est conseillé de remplacer chaque arbre coupé par un nouveau afin qu’il y ait un relais.

Pour étudier les forêts, des outils existent : on peut ainsi utiliser la télédétection pour suivre leurs évolutions. Néanmoins, lorsque nous étudions les forêts, un problème majeur apparait : Comment définir une forêt ? Les chercheurs de la NASA se sont penchés sur le problème et il n’existe pas de définition précise. On constate ainsi qu’il y a des différences entre les images satellitaires représentant les couvertures forestières avec une résolution de 30 mètres et celles avec une résolution de 10 mètres. L’image avec une résolution de 30 mètres ne s’intéresse qu’aux forêts compactes (avec une densité d’arbres élevées) alors que l’image avec une résolution de 10 mètres va aussi prendre en compte les forêts parsemées (avec une densité d’arbres moins élevé).

Images représentants les couvertures forestières à différentes résolutions (30 mètres pour la première et 10 mètres pour la deuxième). Source : NASA

Images représentants les couvertures forestières à différentes résolutions (30 mètres pour la première et 10 mètres pour la seconde). Source : NASA

Les satellites nous permettent aussi de suivre l’évolution de la végétation au cours des saisons. Ce suivi est intéressant car lorsque la végétation est en période de repos végétatif, il n’y a pas de photosynthèse (et donc pas d’absorption de dioxyde de carbone). La vidéo ci-dessous nous montre l’évolution mois par mois de la végétation et du phytoplancton au sein des océans. Le phytoplancton est un plancton végétal qui participe énormément à l’absorption du carbone.

Sources :