OpenSolarMap, ou l’Opendata au service de la transition énergétique


Logo OpenSolarMap

Logo OpenSolarMap, source: https://twitter.com/opensolarmap

Christian Quest, un nom parmi d’autres dans le monde de l’opendata, mais quel nom ! Actuel Président et fondateur d’OpenStreetMap, il s’est lancé en 2015 le défi de classifier l’exposition des toits des habitations afin de déterminer leur potentiel en énergie solaire. D’accord mais, à quoi ça sert ?

Et bien dans le cadre de la politique de transition énergétique entamée par le gouvernement en 2015, des acteurs économiques tels que les artisans ou EDF, ont mis en place des plans de financement d’installations solaires sur les toitures des particuliers qui y aurait souscrit. L’électricité produite serait ensuite revendue à EDF. Un investissement sur le long terme si l’on peut dire.

C’est lors de l’édition 2015 du concours OpenData de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur que Christian Quest y a présenté son concept. Lauréat dans la catégorie « Idée/Concept », la récompense de 5 000 euros lui permettra de mettre en ligne son application.

OpenSolarMap fonctionne par l’alliance simple des données cartographiques d’OpenStreetMap et de crowdsourcing, comprenez par ce terme barbare la participation volontaire, collaborative du grand public. Cela dans le but de répertorier les différentes orientations de toits. Elles sont organisées par catégories :

– orientation Nord/Sud

– orientation Est/Ouest

– toiture plate

– toiture complexe ou difficile à déterminer

Interface de l'application OpenSolarMap

Interface de l’application OpenSolarMap, source: https://www.etalab.gouv.fr/opensolarmap

L’orientation de la toiture d’une seule habitation est validée et enregistrée dans la base de donnée, si 3 contributeurs expriment le même résultat. Aujourd’hui 15 000 bâtiments ont été classifiés grâce à environ 150 000 contributions. D’accord par rapport aux 80 à 100 millions de bâtiments existant sur le territoire, disons qu’il faudrait encore quelques siècles. Oui mais c’est sans compter Christian Quest qui avait déjà prévu le coup !

A long terme, les données enregistrées permettraient d’après lui de pouvoir créer un répertoire de bâtiments type, qui alliée à un programme « auto-apprenant » pourrait déterminer lui même l’orientation des toitures. C’est à ce stade que rentre en scène Michel Blancard, datascientist chez Etalab, en proposant un programme informatique de traitement d’images baptisé « réseau de neurones ». Ce dernier est donc à même de pouvoir déterminer les orientations des toitures qu’il aura à traiter. Il sera donc capable à terme, de traiter environ 50 millions de toitures en un délai de 2 semaines à 4 mois.

En somme on peut donc dire que ce concept n’en est plus un, puisque l’application est réelle et que le problème du nombre de contributeurs a été résolu par la mise en place du « réseau de neurones » qui pourra continuer le travail, avec ou sans l’action d’internautes.

 

 

 

Sources:

http://opensolarmap.org/#19/48.27441/-1.64973

https://twitter.com/opensolarmap

http://www.lagazettedescommunes.com/425060/open-solar-map-le-soleil-en-partage/

https://www.etalab.gouv.fr/opensolarmap

 

Enregistrer