Les JO, facteur d’accélérateur du développement territorial à Paris


Le 13 septembre 2017 le comité international olympique (CIO) a désigné Paris pour être la ville hôte des Jeux Olympiques 2024. L’arrivée de visiteurs, touristes, médias, athlètes et délégation en grand nombre est l’occasion d’une accélération du déploiement du Grand Paris. Le projet du Grand Paris fera donc l’objet d’innovations dédiées aux villes, aux villages olympiques et à l’environnement.

La smart city : pour une meilleure organisation, sécurisation et optimisation pour des JO

Face à la candidature de Los Angeles, Paris a choisi de présenter un plan innovation au CIO : la Smart City. La « smart city » désigne la ville intelligente et peut se définir comme la ville connectée. L’objectif de la Smart City consiste globalement en l’optimisation des coûts, de l’organisation, du bien-être des habitants. Dans le cadre des Jeux Olympiques, la smart city permettra d’atténuer les désagréments engendrés par la tenue des Jeux. Plusieurs star-up ont répondu à l’appel de Paris afin de trouver des solutions innovantes. La société Placemeter a développé une technologie de vision par ordinateur. Cette technologie permet d’obtenir les informations en temps réel des zones d’affluence dans les stades. Celle-ci permet ainsi d’assurer une meilleure gestion des foules.

L’application d’appels d’urgence numériques Urgentix est également une solution pour la gestion des foules. Cette application permet d’appeler les secours tout en géolocalisant l’utilisateur, avant de lui proposer de filmer ce qu’il voit. Celle-ci permet ainsi de mieux estimer la quantité de personnel à envoyer sur place.

Atteindre les objectifs du développement durable

Des mobilités et des transports intelligents et écologique

La start-up Navya a proposé de développer des navettes électriques autonomes afin de transporter les athlètes sur le village olympique à la demande, grâce à des commandes vocales. Il sera impossible de se rendre aux JO avec sa voiture personnelle, puisqu’aucune place de parking ne sera prévue à cet effet. La prolongation des lignes 12 et 14 ainsi que la création des lignes 16 et 17 prévus par le projet du Grand Paris seront donc accélérer pour les JO. Et les tickets de transports en commun seront donc inclus dans les places pour assister aux Jeux Olympiques. Des titres de transport qui seront dématérialisés afin de préserver l’environnement.

Il est également question de développer des types de transport « doux ». En effet le Plan Vélo de la Mairie de Paris prévoit la construction de nouvelles pistes cyclables connectant le Stade de France et le centre aquatique (Saint-Denis) au village olympique (Paris) et 10 000 places de stationnement de vélo supplémentaires. Des liaisons piétonnes se mettront en place à travers la construction de passerelles. Ces passerelles permettront de se rendre facilement à pied de l’Ile-Saint-Denis au Stade de France. Une stratégie écologique qui devrait permettre d’atteindre la neutralité carbone.

Des projets de développement urbain durable

Les JO vont permettre d’accélérer le déploiement du projet du Grand Paris, avec plusieurs projets d’aménagement urbain. Le village olympique et paralympique sera implanté dans le quartier Pleyel-Bords de Seine et  le centre aquatique sera construit à Saint-Denis. Sur le site de Dugny-Le Bourget seront réalisés un cluster olympique qui accueillera trois pavillons sportifs (Volleyball, Badminton et Tir)  et un pôle médias comprenant le centre des médias et le village pour l’hébergement des journalistes. Il est également prévu que soient rénovés et valorisés d’autres équipements existants. Le parc George-Valbon bénéficiera d’une extension après les épreuves de tir. Des interventions sont également programmées pour réduire les coupures urbaines et les nuisances générées par les infrastructures autoroutières ou ferroviaires. Il s’agira également d’épurer la Seine pour accueillir les 10 kilomètres nage libre ou les 1.500 mètres du triathlon.

Ces nouvelles infrastructures urbaines feront l’objet d’une performance énergétique. En effet le village olympique sera plus durable encore, avec notamment « plus d’énergies renouvelables, l’enterrement d’une ligne à haute tension ou encore la construction d’une passerelle au-dessus de la Seine », selon Audrey Solans.

Certes d’une part les jeux olympiques se posent comme un atout pour Paris car il permettra de booster son attractivité économique et touristique. Mais d’autre part les JO peuvent aussi engendrer des conséquences négatives. En effet les Jeux olympiques terminé se pose la question de l’utilité et de la pérennité des infrastructures parfois pharaoniques, souvent construits ex-nihilo et déconnectés des besoins quotidiens des habitants. Dans certains cas comme à Athènes, les équipements sont à l’abandon et donnent naissance à des friches urbaines. Il est prévu qu’au lendemain des JO, 4 000 logements familiaux et des résidences étudiantes verront le jour, le tout bordé d’espaces verts.

Patrick Braouezec, président de Plaine Commune met tout de même en garde « Il faudra maîtriser les coûts du foncier, s’assurer de la diversité des logements et éviter que ces nouvelles habitations ne repoussent un peu plus loin les populations en difficulté».

Lien :

https://smartparis2024.com/smartcity/

https://www.opendatasoft.fr/2016/04/29/cest-quoi-la-smart-city-une-introduction-a-la-ville-intelligente/

https://www.urbanisme.fr/paris-2024-des-jeux-accelerateurs-de-developpement-territorial/extra-404S/11

http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/paris-2024

https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-142740-une-smart-city-securisee-pour-des-jeux-olympiques-reussis-1172532.php

http://www.leparisien.fr/villetaneuse-93430/voila-a-quoi-ressemblera-le-93-si-paris-obtient-les-jo-2024-27-03-2017-6801303.php

http://immobilier.lefigaro.fr/article/jo-2024-paris-se-preoccupe-deja-de-l-avenir-des-installations_43f1ec7c-0960-11e7-9e67-f673f4d99eca/

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *