MOCOMED : une nouvelle plateforme partagée sur les risques littoraux


Quelques rappels sur le risque côtier…

 

Le littoral méditerranéen est vulnérable par son exposition permanente à l’eau, au climat et à certaines activités anthropiques. On peut relever plusieurs aléas naturels qui lui sont communs à ceux du littoral atlantique. D’après, le Réseau Atlantique pour la Prévention et la Gestion des Risques Littoraux, les principaux aléas sont les suivants :

  • L’érosion du littoral : provoqué par des vents, les vagues, les marées et les tempêtes, pouvant provoquer le recul des terres, ainsi que la dégradation des infrastructures
  • Inondation côtière : crue par la mer
  • Changement climatique : influence l’écosystème pouvant entraîner des risques importants concernant les réserves d’eau, la production agricole, la santé ou la sécurité
  • Hausse du niveau des mers : les causes sont surtout anthropiques où les inondations et les érosions à répétitions et régulières peuvent faire varier le trait de côte
  • Vent : exposition importante à des vents forts[1]

 

 

Ces aléas sont importants à prendre en compte, puisqu’ils visent directement ou indirectement la population qui y vit. En effet, les différentes activités liées aux littorales sont nombreuses : des personnes y vivent de plusieurs activités, qu’elles soient agricoles, de loisirs ou touristiques, maraîchères, etc. Une partie de la population y habite même à proximité, et leur logement peut être alors impacté. D’autre part, c’est également le système naturel qui se trouve impacté…cette fois à cause des activités anthropiques qui peuvent aggraver la situation.

 

…amenant les politiques à gérer de façon particulière ce territoire via le PAC Var.

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), et notamment le département du Var, se sont penchés sur la problématique de la bonne gestion du littoral. Les difficultés sont nombreuses, puisqu’il est nécessaire de tenir compte de nombreux paramètres : la conservation du système naturel, assurer les multiples activités liées au littoral, protéger les habitations et différentes infrastructures des aléas. Pour cela, ils ont alors mis en place un projet d’aménagement en intégrant les problématiques du littoral.

Un programme international pour la protection de la mer est donc né avec le PAC Var : le Projet d’Aménagement Côtier du Var[2]. Ses rôles sont doubles : jouer un rôle de médiateur entre les différents pays qui bordent la côte de la Méditerranée participant à ce projet, mais aussi de permettre aux différentes initiatives locales d’avoir chacune leur poids dans la balance. Leurs actions sont donc orientées vers bien des horizons : la création d’un forum pour discuter de questions fondamentales du projet ; établir un diagnostic de la situation institutionnelle et juridique du littoral ; le développement d’une application smartphone ; mais également une plateforme internet…[3]

Un site de contribution pour bien comprendre le risque littoral, et mieux le gérer.

 

MOCOMED, comme son nom ne l’indique pas, ce n’est pas un nouveau générique, mais est plutôt l’acronyme de « A MOving COast in the MEDiterranean ». C’est un tout nouveau site « dédié aux risques d’érosion côtière et de submersion marine ».

Il s’agit donc d’une plateforme à la fois d’information pour ceux qui aimeraient en savoir d’avantage sur les risques côtiers inhérents à la Méditerranée, mais est également collaborative, afin d’échanger des savoirs. Selon le site, il comporte :

  • « un espace pédagogique dédié au littoral mouvant, comportant des schémas dynamiques du littoral, dans sa version naturelle et anthropisée ;
  • un espace historique, faisant état des ressources mobilisables pour l’établissement d’une rétrospective de l’évolution du littoral au fil du temps ;
  • un espace ressources, contenant des fiches-outils ainsi que des liens vers les travaux et démarches intéressant les risques côtiers, en Méditerranée et au-delà. »[4]

 

Le site est donc divisé en ces trois rubriques pour traiter plus fondamentalement des sujets.

Pour le premier thème qui se veut pédagogique, il est intitulé « un littoral mouvant ». En cliquant dessus, on trouve alors directement une infographie où l’on peut naviguer « littéralement » avec notre souris d’un côté de l’autre de notre écran (et peut-être un peu laborieusement au départ). On nous propose deux vues : « le littoral naturel » et « le littoral anthropose ». Dans l’un et l’autre, plusieurs punaises sont alors cliquables où des info-bulles apparaissent lorsque l’on clique dessus. On peut tout de suite en savoir plus, en poursuivant, ce qui nous conduit à un autre lien. Chacune de ces punaises indique une partie du littoral en version « naturelle » ou « anthropisée ». L’aspect pédagogique est alors bien présent !

Extrait du site Mocomed, à la rubrique « Un littoral mouvant », http://moving-coast-med.fr/un-littoral-mouvant/

 

La seconde rubrique « témoignage de l’histoire » nous permet de nous documenter avec d’abondantes ressources de diverses formes sur le littoral méditerranéen. Que l’on soit un habitant qui est curieux d’en savoir plus sur la côte, un étudiant qui fait quelques recherches sur le sujet, ou bien encore un élève en leçon, chacun peut y voir une utilité particulière. On y trouve beaucoup d’images, des extraits de cartes de Cassini, des sites internets, des coupures de journaux, ou bien encore des images satellites, cette rubrique permet d’avoir accès à des sources diverses et complètes selon l’entrée par laquelle on veut étudier le littoral.

Extrait du site Mocomed, à la rubrique « Témoignage de l’histoire », http://moving-coast-med.fr/t%C3%A9moignage-de-l-histoire/

 

D’autre part, une dernière a été ajoutée pour que les personnes souhaitant collaborer au site puisse se documenter avec des fiches pratiques. Par exemple, les fiches outils expliquent et détaillent « comment parler des risques et des changements côtiers » et « commet réaliser une analyse multi-critère des différentes stratégies de gestion du littoral », pour l’instant. Une dernière fiche explique le diagnostic et l’adaptation de la « vulnérabilité du bâti résidentiel pour leurs occupants ». Y sont ajoutés des fiches des techniques et des modes de gestion du littoral. Enfin, il y a la partie contribution où l’on peut consulter le travail des différentes personnes pour le site.

 

En conclusion…

Cette plateforme peut permettre à sensibiliser les écoliers à la protection du littoral et de la mer, mais aussi d’autres personnes qui seraient moins au fait de l’environnement complexe près duquel elles vivent. Les chercheurs spécialisés, mais aussi les étudiants passionnés peuvent également mettre leurs travaux à disposition pour compléter les ressources du site. On pourrait toutefois émettre un bémol sur la visibilité du site par des personnes qui ne seraient pas du milieu de l’éducation ou scientifique/universitaire. La visibilité du site est également un enjeu pour la bonne circulation de l’information.

Fanny Di Tursi


Sources  :

[1] « Risques côtiers : mieux comprendre pour mieux gérer », Réseau Atlantique pour la Prévention et la Gestion des Risques Littoraux, 2017, p.8,  https://corimat.net/wp-content/uploads/2017/03/1a-GeneralGuide_FR.pdf

[2] http://www.pacvar.fr/

[3] http://www.pacvar.fr/un-programme-international-1

[4] http://www.moving-coast-med.fr/

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *