Falling Fruit, application collaborative alimentaire


Falling Fruit est une carte collaborative facilitant la glanage à travers le monde

Le glanage consiste à récupérer de la nourriture et des plantes gratuitement. Cette pratique ancienne est ancrée dans le droit français (cf fin d’article). Le glanage est donc une technique consistant à « récupérer de la nourriture non ramassée dans les champs, à la fin des marchés, dans les poubelles  des commerçants ou dans les containers des supermarchés ».

 

Source: Jeff Wanner, l’un des créateurs de l’application Falling Fruit, récolte un mûrier à Boulder, Colodrado. – Ethan Welty/Falling Fruit

En 2013 au Colorado (Etats-Unis), un étudiant adepte cherche à localiser les pommiers de la ville pour sa production de cidre. «J’étais là, avec mon GPS et mon appareil photo à répertorier les arbres en prévision de la récolte et soudain je me suis rappelé que ce travail avait déjà été fait!» (propos recueillis par Julien Valnier) Ethan Walty se rend compte que les villes tiennent des registres de localisation des arbres et de leur typologie. Et que ces données sont souvent accessibles aux citoyens. Il s’entoure alors de Caleb Philips, chercheur en informatique et adepte de glanage, puis de Jeff Warner, constructeur écologique.

L’équipe se charge de récupérer les données excel et de les transformer en une carte pratique, attractive et user-friendly. Falling Fruit est né. Le site internet géolocalise les arbres fruitiers et plantes comestibles à travers le monde. Grâce à une interface google maps, le site est facilement compréhensible pour le public. Les utilisateurs rentrent des données spatiales et méta données complémentaires. Puis l’équipe se charge d’écrémer et de les valider avant leur parution sur le site. 3 ans plus tard, la carte répertorie 1 865 espèces de plantes comestibles, s’est étendue à plus de 5 600 villes au sein de 104 pays  et est utilisée par 740 000 utilisateurs (mais dont la moitié est américaine). Le site et l’interface sont disponibles en 8 langues (dont le français), les traductions sont effectuées par une équipe de 12 bénévoles.

Source: Prise d’écran du site https://fallingfruit.org

En France, 900 arbres sont recensés. On peut pourtant noter une distribution entre les villes qui reste assez inégale: entre Paris et d’autres métropoles françaises, mais aussi entre l’intra-muros et la petite couronne. D’autres villes sont à venir « dès que j’aurai classé les données », assure Ethan (propos recueillis par Julien Valnier).

..

 Source: Prise d’écran du site https://fallingfruit.org, respectivement de la zone parisienne et de Cergy

On peut aussi voir que, contrairement aux idées reçues, ces « grandes villes » comptent encore beaucoup d’arbres et d’espèces végétales comestibles et disponibles.

Chaque plante est indiquée par une position GPS, une photo, une fiche wikipédia d’informations (nom, saison, production, qualité, usage). Ces positionnement portent aussi des informations pratiques et des conseils (éviter les plants près de routes automobiles à cause de la pollution, de champs pour les pesticides, poussant au ras du sol pour les déjections animalières , de bien laver les produits par exemple). De plus, l’équipe de Falling Fruit met un réel accent sur la communication de variétés oubliées. Ainsi si l’on retrouve des produits communs comme des pommes, prunes et noisettes, on peut aussi trouver des féviers d’Amérique ou des robiniers faux-acacia.

Falling Fruit a de plus bénéficié d’une levée de fond de 15 000$ en financement participatif avec BarnRaisers. Le site permet le développement de projet en rapport avec l’agro-alimentaire et le développement durable. Grâce à cet élan, elle a pu se developper en application mobile (disponible sur iOS et android). Cette dernière, contrairement au site internet, est payante, à 3,99€. L’association, à but non-lucratif, précise que ces revenus servent uniquement à payer un maintient optimum des serveurs.

L’équipe continue de s’appuyer sur la participation de ses utilisateurs. Promouvant un mode de vie considéré aujourd’hui comme alternatif, mais pourtant ancré longuement dans les pratiques et le droit français, le glanage surmonte la mauvaise réputation de la ville et de sa « fausse-nature ». Falling Fruit participe à une nouvelle vision de la ville, de son aménagement et de ses opportunités alimentaires, ainsi qu’à une communication sur ses paysages comestibles et disponibles.

 

Rappel du texte de loi:

  • Le  droit de glanage est précisé à l’article R26 du code pénal et autorise « entre le lever et le coucher du soleil » le ramassage des fruits et  légumes non ramassés dans les champs et les vergers, ainsi que les  objets laissés dans la rue.
  • Le glanage est donc une technique consistant à « récupérer de la nourriture non ramassée dans les champs, à la fin des marchés, dans les poubelles  des commerçants ou dans les containers des supermarchés ».
  •  On  distingue le glanage du grappillage. Le premier concerne ce qui reste  sur le sol comme les pommes de terre ou les céréales. Quant au  grappillage, le terme est destiné à tout ce qui reste sur les arbres ou  arbustes après la cueillette comme les raisins, les pommes, et la plupart des fruits.

 

Sources:

https://fallingfruit.org

http://www.lefigaro.fr/conso/2017/04/24/20010-20170424ARTFIG00014-une-carte-collaborative-pour-ramasser-des-fruits-gratuitement.php

http://www.kaizen-magazine.com/carte-comestible-falling-fruit-localise-nourriture-gratuite-ville/

http://www.vegemag.fr/actualite/falling-fruit-lapplication-qui-permet-de-trouver-des-arbres-fruitiers-dans-le-monde-entier-9291

http://www.20minutes.fr/magazine/economie-collaborative/services-collaboratif/des-fruits-bio-gratuits-et-a-volonte-cest-possible-avec-cette-carte-collaborative-253456/

https://www.barnraiser.us

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *