Combinaison entre le BIM et le SIG


1) Le BIM et les SIG deux systèmes différents. pour autant peut-on les combiner?

En premier lieu, on sait que les SIG (système d’information géographique) existent depuis longtemps, c’est un système qui permet de conserver, mettre à jour, extraire et communiquer des données spatiales et géographiques. Son domaine d’intervention est lié à l’aménagement du territoire, la gestion des infrastructures et réseaux, le transport et la logistique,  l’ingénierie et la planification. Contrairement au BIM (Building Information Modeling), qui est un processus récent, basé sur  l’utilisation d’un modèle 3D intelligent, et cela afin de concevoir, visualiser et simuler un projet. Il est utilisé tout au long de la conception et de la construction d’un bâtiment. A première vue on a deux processus différents, et cela au niveau de l’échelle d’intervention, on a un niveau très détaillé des objets, et un autre plus globale. Quels liens peuvent donc exister entre eux ?

2) Le lien entre BIM et SIG :

Si on regarde de plus près, les BIM et les SIG ont des problématiques communes, les deux outils proposent une modélisation des objets, et une organisation de la donnée de manière très structurée, on a les BIM à l’échelle du bâtiment, et les SIG au niveau des cartes géographiques étendues. Et c’est justement cette différence de niveau qui fait le lien, car le bâtiment ou le projet en lui-même se trouve dans un contexte environnemental et économique. Qui va être relié à des réseaux de transport, à des réseaux d’énergie…De ce fait seul le SIG va apporter cette vision globale.

C’est en quelque sorte une imbrication des deux échelles, ce sont des outils complémentaires. Comme le précise notamment Alain Sevanche, directeur de BIM World  «Tous les acteurs présents ici intègrent une problématique de territoire, et les jeux de données numériques des bâtiments se marient avec les jeux de données numériques des territoires».

Cette combinaison permettra d’intégrer le projet dans son contexte et environnement immédiat, et cela pour une bonne insertion et visualisation de ce dernier. Ainsi comme l’a souligné Laurent Leibovici, Responsable du pôle transport et BTP chez Esri France « C’est en cela que finalement le BIM va nourrir le SIG et donc le SIG est l’avenir du BIM».

Figure 1 : Représentation géographique en 2D.

Représentation géographique en 3D.

Source : http://ge.ch/sitg/sites/sitg/files/agenda/espace-public/03_oehrli_niggeler_presentation.pdf

 

 

 

3) Une concrétisation de cette combinaison :

Pour continuer et appuyer cette démarche, il existe un projet, le MINnD (Modélisation des INformations INteropérables pour les INfrastructures Durables), mené par Christophe Castaing, vice-président de Mediaconstruct, et président du Comité scientifique et technique au sein du projet. C’est un projet en collaboration avec Open Geospatial Consortium, afin de trouver un modèle conceptuel fonctionnel, qui va relier BIM et SIG. En effet selon Christophe Castaing « Cette convergence est nécessaire pour réduire le temps de gestion et limiter, ainsi, de potentielles incohérences ».

Cette fusion entre ces deux outils est donc un défi à relever, et qui pourra ouvrir des perspectives de développement dans les deux domaines.

Source :

http://www.mediaconstruct.fr/sinformer/blog-du-bim/post/4698/bim-et-sig-une-convergence-naturelle-%C3%A0-exploiter

http://www.sigtv.fr/Quand-BIM-et-SIG-se-jaugent_a359.html

https://www.autodesk.fr/solutions/building-information-modeling/overview

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *