Google dans la lutte contre le réchauffement climatique grâce à EIE


Dans un contexte où les États s’engagent à lutter contre le réchauffement climatique, sauf rares exceptions, Google a lancé le 10 septembre dernier son nouvel outil nommé « Environmental Insights Explorer » (EIE). On pourrait le traduire par l’explorateur des perspectives écologiques et il a pour vocation d’aider les villes à réduire leurs émissions en carbone.

Pour les aider dans cette tache il propose une estimation des empreintes carbones de celles-ci. Créer en partenariat avec la convention mondiale des maires pour le climat et l’énergie, il va permettre de fournir une base de données concernant une ville et ainsi être un point de départ pour permettre une réduction des émissions.

Pour l’instant EIE ne propose de chiffres que pour cinq villes : Buenos Aires (Argentine), Melbourne (Australie), Victoria (Canada), Mountain View (Etats-Unis) et Pittsburgh (Etats-Unis).

Comment fonctionne EIE ?

Le site propose quatre catégories : les émissions dû aux bâtis, les émissions dû aux transports, un potentiel de compensation énergétique et des projections climatiques sur 20 ans.

 

Données pour Victoria, source: Environmental Insights Explorer

Afin de proposer des estimations, Google se repose sur une base de données formée depuis quelques années et complétée par la NASA. Par exemple, les émissions dû aux transports sont estimées grâce au trafic que Google mesure par son application Maps qui, en mode GPS, localise votre smartphone.

EIE profite aussi des nombreux projets liés au climat qu’a pu mettre en place Google lors de la dernière décennie. Par exemple, le projet Sunroof est un outil qui permet d’estimer potentiel énergétique solaire de chaque toiture de bâtiment selon différents critères.

Données pour Victoria, source: Environmental Insights Explorer

Pour chacune des catégories, EIE propose des solutions pour réduire les émissions, telles que le passage aux LED dans les immeubles, l’installation de panneaux solaires ou encore l’interdiction pour les véhicules de circuler dans les centres-villes.

Mais comme le souligne Google, les estimations peuvent être soumises à des marges d’erreur allant jusqu’à 25%.

 

Le géant Américain a donc les moyens de proposer un outil efficace pour lutter contre le changement climatique, un paradoxe quant on sait que les Etats-Unis ce sont retirés des accords de Paris.

 

Sources:

  • https://insights.sustainability.google/
  • Loukia Papadopoulos, « Google Maps Now Provide Geographical Carbon Footprint Projections », InterestingEngineering, 12 septembre 2018 -> https://interestingengineering.com/google-maps-now-provide-geographical-carbon-footprint-projections
  • Jean-Sébastien Zanchi, « Google Maps va permettre aux villes de calculer leur empreinte carbone », 01Net, 12 septembre 2018 -> https://www.01net.com/actualites/google-maps-va-permettre-aux-villes-de-calculer-leur-empreinte-carbone-1521936.html
  • Rebecca Moore, « The more you know: Turning environmental insights into action », blog.google, 10 septembre 2018 -> https://www.blog.google/products/earth/more-you-know-turning-environmental-insights-action/

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *