CartoLander, un compagnon nomade


CartoLander, un compagnon nomade

Interface CartoLander V6.0 georm.fr/cartolander/

Présentation du Logiciel

D’où viennent les données que l’on utilise en cartographie ? Nous géomaticiens, utilisons quelquefois des données sans réellement savoir comment elles ont été acquises. Nous allons nous intéresser maintenant à une de ces sources : l’acquisition directe sur le terrain de données vectoriel à l’aide d’une tablette tactile et du logiciel de SIG terrain Cartolander.

Ce « compagnon nomade » est développé par une société française nommée GEORM et utilisé dans le secteur de l’environnement, de l’aménagement, du BTP, ou de toutes autres actions nécessitant une reconnaissance de terrain. Il se base sur une utilisation rapide et facile sur le terrain des utilisateurs en contrepartie d’une préparation en amont plus complexe. Il possède quelques fonctionnalités intéressantes et innovantes et une organisation de l’acquisition originale. À la fin de la reconnaissance de terrain, des shapes sont récupérées et directement synchronisées dans ArcGIS ou QGIS.

 

À la préparation du projet

Interfaceur est un autre élément du logiciel qui sert à la construction du projet en amont. Il défini dans le logiciel, les couches et les attributs que l’opérateur pourra enregistrer en mission, l’insertion d’une carte de fond (Imagerie satellite, Scan…) et de données vectorielle non modifiable par l’utilisateur. Quand l’opérateur va saisir une donnée sur le terrain, il va n’y avoir qu’un choix limité d’attributs imposé par le projet. Interfaceur permet également de définir la symbologie de chaque couche. Il va être défini des relations entre attributs et descriptions et cela permettra de créer une arborescence intéressante pour le travail sur le terrain.

Image1 : « préparation d’un projet sur interfaceur » Crédit Maïeul GRUGET

L’acquisition

Une fois le projet réalisé sur Interfaceur, l’opérateur n’a plus cas dessiner ce qu’il voit dessus, et y affecter les valeurs voulues pendant sa reconnaissance de terrain.(Images 2 et 3)

Image 2 « Dessiner des objets sur le terrain  » Crédit Maïeul GRUGET

Image 3 « Dessiner des objets sur le terrain  » Crédit Maïeul GRUGET

Capture des positions par GPS

Le logiciel Cartolander intègre un GPS dit « naturel » (sans correction) avec une précision métrique, cependant il peut être couplé avec un GPS RX précis aux décimètres. On peut alors enregistrer sa position pour définir un objet ponctuel (arbre, passage d’animaux, plaques d’égout, etc.), enregistrer une « trace », c.-à-d. que Cartolander va enregistrer des points par intervalles de temps régulier définis. Des enregistrements de lignes ou de polygones sont également possibles avec le mode « trace ». Très utile par exemple pour enregistrer des routes, bâtiments, zones sensibles… À la fin de l’acquisition, on lui affecte les attributs et descriptifs voulues.

Image 4 « L’utilisation du GPS sur CartoLander » Crédit Maïeul GRUGET

Le logiciel possède également beaucoup d’outils de vectorisation / géotraitement / display qui n’ont rien à envier a des logiciels SIG de bureau comme ArcGIS ou QGIS…

Image 5  » Panoplie d’outils sur CartoLander » Crédit Maïeul GRUGET

GRUGET Maïeul 18/10/2018

 

Sources :

  • Site officielle : http://www.georm.fr/cartolander/
  • CartoLander Brochure « C’est bien plus qu’un GPS »Site georem.fr 2017
  • Interfaceur Georem notice 2017 Site georem.fr2017

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *