Une nouvelle alerte face au réchauffement climatique selon un récent rapport du GIEC.


Le GIEC (Groupe d’Expert Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) tire une nouvelle fois la sirène d’alarme concernant la hausse globale des températures à l’échelle du globe dans un rapport publié le 8 octobre 2018 suite à de longues discussions entre les représentants de 195 Etats à Incheon, en Corée du Sud.

Rassemblement des Etats le 8 octobre 2018 autour du dernier rapport du GIEC

Les experts et scientifiques du GIEC sensibilisent de nouveau sur les conséquences d’une hausse des températures au-delà des 1.5°C  par rapport aux niveaux  préindustriels. En conséquence, on nous annonce des vagues de chaleurs, des extinctions d’espèces animales et végétales et surtout la montée des océans (et bien d’autres) si on en vient à dépasser cette barre des 1.5°C de hausse des températures. Il semble aussi évident que plus les températures à l’échelle du globe augmentent et  plus les effets s’aggraveront.

 

 

 

 

Les différentes conséquences de l’élévation des températures (partie 1)

 

Notons que si rien n’est fait pour inverser ou neutraliser cette courbe, à l’horizon 2100, la hausse des températures devrait atteindre environ +5.5°c à l’échelle du globe. Cette hausse varie aussi selon l’échelle : à une échelle locale, cette hausse peut être encore plus élevée ou moins forte que prévu.

 

Pour rappel, durant la COP21 à Paris en 2015, l’accord de Paris et les Etats présents  se sont engagés à limiter l’élévation de la température moyenne de la Terre à +2°C, qui a été ramenée à +1.5°C pour répondre aux Etats et régions fortement menacés par le risque de submersion marine. Le GIEC vise donc directement l’ensemble des politiciens sur l’enjeu que constitue cette hausse des températures.

Les différentes conséquences de l’élévation des températures (partie 2)

 

 

 

 

 

Le Giec affirme que pour le chemin sera compliqué mais il est encore temps de tenir ces objectifs fixés en 2015. Pour cela, les émissions de gaz à effet de serre devront être réduites de 45% en 2030 et un autre objectif est de viser une forme de « neutralité carbone », c’est-à-dire que le rapport entre le CO2 qui est envoyé dans l’atmosphère et le CO2 qui en est retiré doit être égal à 0.

Ce dernier rapport vise les politiciens et prouvent scientifiquement une fois de plus, aux climato-sceptiques, que l’évolution du climat et la hausse des températures est réelle, que ses conséquences seront sans précédents si on ne fait rien à toutes les échelles.

 

Bibliographie

_IPCC (Intergouvernemantal Panel of Climate Change), GLOBAL WARMING OF 1.5 °C, le 8 octobre 2018, en ligne : http://www.ipcc.ch/report/sr15/

_Le Monde, Ce qu’il faut retenir du rapport du GIEC sur la hausse globale des températures, le 8 octobre 2018 mis à jour le 9 octobre 2018, en ligne : https://www.lemonde.fr/climat/article/2018/10/08/ce-qu-il-faut-retenir-du-rapport-du-giec-sur-la-hausse-globale-des-temperatures_5366333_1652612.html

_Le Monde, Climat : il y a un espoir de limiter le réchauffement mais au prix d’un sursaut international, le 8 octobre 2018, en ligne : https://www.lemonde.fr/climat/article/2018/10/08/climat-le-rapport-de-la-derniere-chance_5366081_1652612.html

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *