Une île japonaise disparue


Début septembre, lors de repérages pour rédiger un ouvrage sur les îles cachées de son pays, l’auteur japonais Hiroshi Shimizu a découvert la disparition de l’île de Esambe Hanakita Kojima. Cette petite île inhabitée était située au large du village de Sarufutsu, au nord de l’île d’Hokkaido au Japon.

Histoire de l’île

La dernière apparition sur des cartes marines officielles de cette petite île date de 1987 (carte 2). À cette occasion, les gardes-côtes ont mesuré l’élévation de Esambe Hanakita Kojima à 1,4 m au-dessus du niveau de la mer. Par la suite, un recensement officiel réalisé en 2014 par le gouvernement japonais nomma cette île. Celui-ci voulait à cette occasion affirmer sa souveraineté sur 158 îles inhabitées, lui permettant de renforcer ses frontières maritimes. Cependant, depuis 1987 et le tracé de ces terres émergées sur une carte, personne n’avait revu cette île, les marins évitant de naviguer dans cette zone réputée pour ces récifs affleurants.

Carte datant de 1987 et indiquant l’emplacement de l’île (Hiroko Saito).

Comment une île peut-elle disparaître silencieusement ?

Plusieurs processus peuvent entraîner la disparition d’une île. La première chose à laquelle nous pouvons penser est la montée du niveau de la mer dû au réchauffement climatique. Cependant, ce phénomène a essentiellement lieu au niveau de l’équateur, et reste à une échelle trop faible dans les eaux d’Hokkaido pour correspondre à l’origine de la disparition d’Esambe Hanakita Kojima. Une autre possibilité pour rayer une île de la carte est l’occurrence d’un cyclone. Ce fut le cas pour l’île d’East Island à Hawai en octobre 2018, engloutie par le cyclone Walaka, mais aucun évènement majeur ne semble correspondre pour notre île. Dans ce cas, la théorie d’une érosion semble la plus probable, causée par le vent et les blocs de glace dérivant dans la mer d’Okhotsk après s’être formés plus au nord sur les côtes Russes.

Par ailleurs, il reste assez compréhensible qu’une île disparaisse sans que cela ne soit remarqué. Il est en effet complexe de surveiller l’état et la préservation d’ilots de cette taille, alors même que les pêcheurs les évitent car situés en zones de récifs. Pour cette zone, les images satellitaires accessibles remontent seulement jusqu’à 1984. À ce moment-là, la précision de ces photographies était de 30 mètres. Avec de telles images, il devient difficile de suivre l’évolution du paysage maritime au fil du temps alors même que ce type d’île est trop petit pour être visible.

 

Évolution de la côte sur la commune de Sarufutsu. La résolution des images ne permet pas de voir si l’île de Esambe Hanakita Kojima est présente ou non. Le carré représente la zone visible sur la carte de 1987.

Impact cartographique et géopolitique

Malgré sa taille et l’indifférence dans laquelle elle a pu disparaître, l’île de Esambe Hanakita Kojima a une certaine importance pour le Japon. En effet, cette île était située sur la limite permettant de définir la frontière maritime avec la Russie. Cette disparition devrait donc entraîner un recul de 500m de la zone maritime Japonaise, au profit de la Russie.

Cette zone est éminemment stratégique pour ces deux pays. L’occupation des îles Kouriles et de l’île Sakhaline a été le sujet de plusieurs traités entre la Russie et le Japon depuis 1855, et est encore contestée à ce jour. La souveraineté sur ces îles permet à la Russie d’avoir un accès direct à l’océan Pacifique durant l’intégralité de l’année, cette zone n’étant pas recouverte par la glace durant l’hiver. Pour le Japon, ces îles représentent l’accès une zone de pêche considérablement plus importante et ont donc un impact économique fort.

Évolution de l’occupation des îles au nord de Hokkaido (Li, J. 2011)

 

Ainsi, la disparition de l’île d’Esambe Hanakita Kojima est un phénomène assez sensible pour le gouvernement Japonais, venant rogner leur pays d’une partie de sa superficie maritime dans une zone où les limites sont déjà sujettes à contestation.

Sources

Divers articles relatant de la disparition de cette île :

http://www.asahi.com/ajw/articles/AJ201810310046.html

https://www.maxisciences.com/ile/une-petite-ile-japonaise-a-disparu-sans-que-personne-ne-le-remarque_art42008.html

https://www.theguardian.com/world/2018/nov/02/japanese-island-disappears-esanbe-hanakita-kojima

Disparition d’East Island : https://www.lemonde.fr/planete/article/2018/10/25/une-ile-hawaienne-engloutie-par-les-eaux-apres-le-passage-d-un-ouragan_5374408_3244.html

Pour en savoir plus sur les contentieux territoriaux du Japon : Li, J. (2011). La question territoriale dans les relations internationales en Asie du Nord-Est. Hérodote, 141,(2), 98-114. doi:10.3917/her.141.0098.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *