Une base de données européenne face aux risques climatiques ?


La Commission Européenne planche actuellement sur la construction d’une plateforme collectant des informations sur les pertes et les dommages engendrés par tous types d’aléas (sécheresses, inondations, tempêtes, tremblements de terre, etc).

Initiée par le Comité des Régions, le Bureau des Nations Unies et la Commission Européenne en mars 2017, et annoncée pour la fin de l’année selon la responsable de l’Unité de Réduction des Risques de Catastrophe au sein de la Direction Générale de l’Aide Humanitaire et de la Protection Civile, la base de données des risques listera les conséquences des catastrophes naturelles couplées à des données horodatées, pour permettre de créer une cartographie spatiale et temporelle des événements naturels survenus au sein de l’espace européen.

Lutter contre les catastrophes naturelles à l’échelle européenne

Cette base de données transnationale voit le jour pour permettre de trouver des réponses adaptées et efficaces aux effets du changement climatique. A l’aide de la géolocalisation, de la cartographie et de l’analyse spatiale, il est espéré que les politiques de gestion de la crise climatique soient plus appropriées et plus efficaces. Elle devrait aussi permettre de mieux utiliser les ressources de lutte contre les catastrophes naturelles, puisque selon Frédéric Simon, l’auteur de l’article, « l’UE est actuellement en train de mettre à jour son mécanisme de protection civile, dont les limites se sont fait sentir lors des feux de forêts, tempêtes et inondations de 2017. La proposition législative prévoit la mise en place d’une réserve de canadairs, pompes de grande capacité, hôpitaux de campagne et équipes médicales d’urgences, qui pourront être mobilisés dans différents scénarios ».

De plus, cela devrait aussi apporter des moyens supplémentaires d’analyses pour étudier la corrélation entre le changement climatique et l’affirmation (controversée) de la multiplication des événements météorologiques extrêmes. Pour questionner cette hypothèse, la récolte d’informations transnationales est une bonne nouvelle.

Enfin, une telle base de données vise aussi à diminuer les vulnérabilités face aux risques climatiques, en facilitant l’échange et la transmission des informations et en agissant en conséquence au niveau de l’aménagement et de la planification territoriale pour créer des espaces plus résilients.

L’imagerie satellitaire européenne Copernicus

Cette base de données utilisera l’imagerie satellite du programme Copernicus de l’UE, qui a envoyé plusieurs satellites « Sentinel » pour observer la Terre, les océans et l’atmosphère à l’aide de capteurs super-spectraux. Ces capteurs permettent de récolter de l’information sur les particules atmosphériques et de mesurer leurs propriétés (composition chimique). Ainsi, il sera possible de visualiser la composition de l’air, la localisation des aléas, leurs effets et la temporalité des événements. Tous les pays de l’UE ont accès gratuitement aux données de Copernicus pour l’évaluation des risques.

Baisser le coût des catastrophes naturelles

D’après l’article, un euro alloué à la résilience contre le changement climatique permettrait d’économiser cinq euros de dépenses post-catastrophes, liés à la reconstruction et aux déblayages des débris. Or, quand on sait que les catastrophes naturelles extrêmes ont coûté plus de 266 milliards d’euros estimés en 2017, on peut comprendre pourquoi la Commission Européenne s’est emparée du sujet. Dans l’idée, les données fournies devraient permettre de mettre en place des systèmes de résilience mieux élaborés qui feront baisser le coût des dégâts pour les Collectivités Publiques et les acteurs privés.

Sources

F. Simon, L’UE veut cartographier les risques liés au réchauffement climatique, Euractiv.

[Consulté le 16/12/2018].

/https://www.euractiv.fr/section/climat/news/risk-data-hub-to-enhance-eu-resilience-to-climate-hazards//

Société Française de Photogrammétrie et Télédetection, s.d. [Consulté le 16/12/2018].

https://www.sfpt.fr/hyperspectral/?page_id=168

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *