La SNCF améliore sa géolocalisation et adopte Galileo


À l’heure actuelle, la moitié des TGV français sont équipés d’un récepteur Galileo. Fin 2019, la SNCF aura équipé 570 TGV de ce système. Galileo est le système de positionnement européen opérationnel depuis 2016 notamment par l’Agence du CNES. La SNCF souhaitant répondre aux évolutions contemporaines a signé un accord avec le GNSS européen qui a pour but d’assurer la mise en œuvre d’une nouvelle génération de système de radionavigation par satellite. Cela permet à l’entreprise de répondre aux évolutions du ERTMS (système européen de gestion du trafic ferroviaire) ayant pour ambition l’harmonisation de la signalisation ferroviaire européenne.

Source: European GNSS Agency

Quels sont les objectifs de ce projet ?

Tout d’abord, les voyageurs seront informés en temps réel de leur trajet et pourront suivre précisément leur parcours.

Cela impliquera également une diminution des coûts d’entretien des infrastructures. En effet, aujourd’hui, les aménagements signalétiques sont installés le long des voies, ce qui demande une inspection et un entretien régulier. La géolocalisation favorisera donc la surveillance des infrastructures via les images satellitaires transmises. De même, le projet prévoit la suppression des équipements le long des voies impliquant une diminution des coûts de rénovation.

Enfin, un des objectifs majeurs est de répondre aux attentes du « chemin de fer du futur » c’est-à-dire « autonome et connecté » (Corinne Talotte, directrice des technos innovations à la SNCF). Effectivement, pour mettre en place des trains autonomes, il faut savoir avec précision la vitesse et l’altitude en temps réel des trains afin de gérer et de réguler le trafic.

 

Où nous mène ce projet ?

Par la suite, la SNCF réfléchit à une gestion plus automatisée des trains afin d’augmenter les performances du réseau et la régularité du système.  De plus, elle ambitionne de développer son réseau et d’améliorer ses connaissances par le biais de l’acquisition des données récoltées par les récepteurs Galileo capables de mesurer des paramètres techniques de la voie. Enfin, le développement de cette nouvelle géolocalisation pourrait à l’avenir s’appliquer aux parcs ferroviaires régionaux ce qui diminuerait les coûts des lignes faisant face à un faible trafic et donc à un problème d’équilibre économique.

 

Sources :

Digital SNCF, Et si les trains naviguaient avec Galileo ?

GSA Europa, French railways embrace Galileo, 22 Août 2019 :

Decryptageo, Geolocalisation : La SNCF mise sur Galileo, F. De Blomac, 23 août 2019

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *