Geomatica, l’information géospatiale par l’Afrique pour l’Afrique


Geomatica services est une entreprise sénégalaise atypique dans le paysage du pays. Elle est spécialisée dans la collecte, l’organisation et le traitement des données géospatiales. Cette dernière exploite l’intégralité des domaines liés à la géomatique (SIG, Télédétection, drone, GPS, DGPS, Dataviz, Webmapping…) sur des thématiques très variées allant de l’agriculture, les ressources naturelles à la santé ou même le géomarketing.

L’entreprise nait en 2017, à l’initiative de Labaly Touré, docteur en géomatique et enseignant-chercheur à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Si la géomatique est en plein boom sur le continent africain, aucune entreprise de droit sénégalais n’est alors positionnée dans le domaine alors que la demande est énorme dans tous les secteurs d’activités. Plus important encore pour son fondateur, aucune données géographiques ne sont produites et valorisées localement. C’est en particulier cette dernière observation qui va motiver Labaly Touré à lancer l’entreprise. Son objectif est déjà clair : faire de l’information géographique un atout de développement pour son pays.

 

L’open data et la collaboration pour philosophie

Le premier grand projet de l’entreprise a été la conception d’un géoportail appliqué au domaine de la santé. Un secteur où les besoins sont énormes pour la population comme pour les praticiens. Baptisé SIG Santé, l’outil a été mis en place grâce à l’association de Jokkolabs (incubateur d’entreprise sénégalais), IntraHealth (ONG américaine) et Geomatica. Il a pour ambition de géolocaliser tous les professionnels du secteur. Il est pour le moment toujours en développement et limité à la région de Dakar mais il est prévu d’étendre son champ de couverture à l’ensemble du pays. Pour concevoir l’outil, les partenaires se sont appuyés sur la communauté OpenStreetMap sénégalaise. 700 personnes ont ainsi été mises à contribution, de manière bénévole, pour recenser et localiser les professionnels.

Si l’entreprise poursuit bien sûr un objectif lucratif et commercial, son ambition est plus grande. Elle cherche avant tout à démocratiser l’accès à l’information géographique au plus grand nombre. Dans cette optique, Geomatica a décidé, en janvier 2019, de mettre en accès libre la majorité de sa base de données. Plusieurs centaines d’images prises par drones, des cartes et des données sont ainsi directement accessibles au grand public sur le site internet de l’entreprise.

“Par cette initiative, Géomatica contribue à un meilleur accès à l’information spatiale et au développement du géospatial au Sénégal et en Afrique de l’Ouest. C’est initiative  entre dans la vision de Geomatica pour qui, une donnée n’a de sens que dès lors qu’elle est traitée pour produire de l’information.” Dr Labaly Touré, fondateur de Geomatica, sur Socialnetlink.org

Une des nombreuses images prises par drones disponibles sur le site de Geomatica

 

Le Made in Sénégal comme objectif

En avril 2019, Geomatica lance un autre projet s’inscrivant dans la même logique que le premier, répondre à un besoin local d’intérêt publique. Le projet « Une classe, une carte » voit le jour suite à la rencontre d’enseignants par l’équipe de Geomatica dans plusieurs zones du pays.

«On a fait le tour de beaucoup d’écoles. Nous avons rencontré différents acteurs de l’éducation et discuter avec beaucoup de spécialistes pour faire un état des lieux de l’usage de la carte. Ainsi, le constat a été fait que les gens n’ont pas, souvent, accès à la carte malgré le fort besoin. D’abord, parce que ce sont des cartes un peu chères pour ne pas dire trop chères. Ensuite, elles ne sont pas souvent à jour. Du coup, peu de structures arrivent à se doter de cartes en quantité suffisante pour des besoins pédagogiques. Ce qui fait qu’on ne trouve pas de cartes sur le Sénégal dans une grande partie des salles classe des écoles du pays surtout en milieu rural » Dr Labaly Touré, fondateur de Geomatica, sur Socialnetlink.org .

 

Le projet à pour but d’inciter à l’utilisation de la carte dans les enseignements à tous les niveaux d’enseignement. Plusieurs établissements test ont donc été sélectionnés où des géomaticiens et cartographes forment les élèves à la production cartographique sous QGis pour fournir des supports éducatifs aux étudiants et enseignants. Pour Labaly Touré, c’est l’expertise locale qui doit primer dans la production cartographique pour des raisons de coût et d’accessibilité au public.

Dans cette optique, Geomatica continue à se doter d’outils lui permettant de produire de l’information géographique en interne, sans avoir besoin de faire appels à des prestataires étrangers, notamment dans le domaine de l’imagerie aérienne qui implique l’utilisation de drones.

Actuellement, Géomatica «utilise trois types de drones. Le moins cher coûte près de 2.000 euros (plus de 1,3 million de francs CFA, plus de 2.200 dollars), mais ça, c’est une utilisation pour la vidéo (…) On a un autre drone qui coûte environ 7.000 euros (près de 4,6 millions de francs CFA, près de 7.800 dollars), qui n’a pas le même usage que celui qu’on est en train de concevoir. Un drone comme le nôtre coûterait plus de 20.000 euros (près de 13,12 millions de francs CFA, près de 22.300 dollars)sur le marché mondial» à ce stade de sa fabrication, estime Labaly Touré. Un tel prix serait exorbitant pour l’objectif visé, assure-t-il: «Nous voulons adapter la technologie aux réalités africaines, sénégalaises et, à moindre coût» en espérant, au passage, la «décomplexer ou la rendre plus accessible». Labaly Touré, fondateur de Geomatica, via Sputnik Afrique.

 

Ainsi, depuis janvier 2019, Labaly Touré s’est associé à Mamadou Wade Diop pour concevoir un prototype de drone. Ce dernier, surnommé « Dr Drone », est informaticien de formation et technicien en maintenance et réseaux informatiques. Il est aussi le fondateur de la société Azerty solutions, spécialisée dans la production audiovisuelle, l’inspection d’ouvrages, la réparation de drones ainsi que la vente et la location. Les deux passionnés se rencontrent et échangent sur Facebook puis décident de lancer leur projet en utilisant leurs fonds propres. L’objectif : un drone programmé, assemblé et monté au Sénégal.

Une image du prototype en janvier 2019. © Sputnik, Coumba Sylla

L’objectif est ambitieux mais pour en faire quoi ? L’idée première du projet est que le drone serve une mission de service public qui réponde aux besoins de la population. C’est pourquoi ce drone devrait servir en premier lieu à lutter contre le paludisme, maladie endémique. Cependant, ses concepteurs ne limitent pas son utilisation au simple domaine de l’information géospatiale et de l’imagerie aérienne. Il pourrait permettre de pulvériser ces hotspots d’insecticides et ainsi de lutter efficacement contre la diffusion de la maladie par les moustiques.  Les deux hommes à l’origine du projet pense aussi à la livraison de produits médicaux par drones pour les zones situés dans un des nombreux « désert médical » du pays. Par la suite, l’idée serait d’étendre la commercialisation de ces drones à toute l’Afrique de l’Ouest.

 

L’innovation de l’Afrique, par l’Afrique

Les ambitions de Labaly Touré pour son entreprise sont immenses mais sont loin d’être de l’ordre du rêve tant Geomatica convainc déjà les acteurs nationaux comme internationaux du secteur. Parmi ces derniers on compte USAID, esri sénégal, Pixstart (start-up française spécialisée dans le domaine du géomarketing), La Banque Mondiale pour n’en citer que quelques-uns. Geomatica, en à peine 2 ans d’existence est déjà une référence dans le domaine de la géomatique sur le continent africain et tous les indicateurs sont au vert pour que l’entreprise poursuive sa croissance. Une belle dynamique qui encourage Labaly Touré à poursuivre son objectif : « Contribuer à l’innovation de l’Afrique, par l’Afrique ».

 

 

 

Sources:

Géomatica Services

https://fr.sputniknews.com/afrique/201907291041815283-un-drone-made-in-senegal-pour-lutter-contre-le-paludisme/

Une classe, une carte : le projet de Geomatica pour promouvoir l’utilisation de l’information géospatiale

http://www.osiris.sn/SIG-Sante-Systeme-d-Information.html

Sénégal | Données géospatialisées en accès libre

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *