Le carroyage comme outil d’objectivisation spatiale de la donnée


 Une étude du parc social francilien

L’Institut Paris Région (ex IAU) a publié en septembre 2019 deux états des lieux du parc social francilien ; l’un concernant le loyer moyen pratiqué des logements sociaux, l’autre concernant le nombre de logements sociaux. Ils comprennent une cartographie et un ensemble d’indicateurs statistiques.

L’apport des deux cartes produites pour cette étude à l’occasion du 80ème congrès des HLM est de traiter les statistiques du nombre de logements sociaux et de leur densité à partir de la donnée carroyée.

Loyers carroyés, IPR, 2019

 

Nombre de logements carroyés, IPR, 2019

Le carroyage comme outil d’effacement des effets de frontières administratives arbitraires

Donnée carroyée, IPR, 2019.

Le carroyage correspond au résultat statistique produit par le traitement de la donnée au travers du processus de quadrillage du territoire en carreaux semblables (ici 500m par 500m) sur l’ensemble de la surface étudiée.

Cela permet d’effacer l’effet des limites administratives (communes, IRIS…). La donnée traitée est décorrélée de la dimension arbitraire des frontières territoriales. En effet, représenter la densité du bâti social à l’échelle de la commune n’est pas forcément pertinent si l’on souhaite étudier la distribution spatiale des logements sociaux sans se fonder sur un maillage issu des collectivités territoriales. Le carreau peut être appréhendé comme une entité indépendante de toute autre réalité et dont les frontières sont neutres.

Issue du répertoire des logements locatifs des bailleurs sociaux (RPLS), la donnée brute statistique comprend le nombre de logements sociaux à l’échelle du bâtiment et localisée par l’adresse. Il suffit de sommer le nombre de logements sociaux par carreau pour en obtenir le total.

Extrait de la donnée statistique du Répertoire des logements locatifs des bailleurs sociaux (RPLS)

Apport cartographique du carroyage

Du point de vue cartographique, la donnée carroyée permet de représenter des chiffres absolus en aplats de couleurs, ce qui est en temps normal une faute de sémiologie graphique.

La donnée quantitative absolue représentée correctement l’est normalement à travers la gradation des formes qui sont donc plus ou moins épaisses selon les valeurs. Il est absurde de représenter par une même couleur deux zones de tailles différentes ayant un même nombre de logements sociaux par exemple.

En revanche, en agrégeant la somme des logements sociaux par carreau similaire en termes de surface, il est possible de représenter ce type de données par des teintes de couleurs, ce qui permet d’obtenir une carte à la fois juste, esthétique et facile à lire.

Sources :

Données carroyées, INSEE, s.d.

https://www.insee.fr/fr/statistiques/4176305

Ile-de-France : un parc social sous pression, Institut Paris Région, 2019.

https://www.institutparisregion.fr/fileadmin/NewEtudes/000pack2/Etude_2069/Poster_Demande_attribution.jpg

Le parc social francilien : un atout pour la métropolisation, Institut paris Région, 2019.

https://www.institutparisregion.fr/fileadmin/NewEtudes/000pack2/Etude_2070/Structure_Poster_Metropolisation.jpg

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *