#KeepTruthAlive et la cartographie des journalistes assassinés


L’UNESCO dénonce les violences envers le journalisme

A l’occasion de la Journée internationale de la fin de l’impunité des crimes commis contre les journalistes du 02 novembre 2019, l’UNESCO publie une cartographie des journalistes assassinés (et dont l’assassinat a été condamné par l’organisme international) depuis 1993 pour sensibiliser le grand public sur les atteintes à la liberté d’information. On y apprend que 1349 journalistes ont été tués depuis 37 ans.

Capture d’écran de l’application

Une application cartographique simple pour un message fort

L’application cartographique consiste simplement en une géolocalisation des lieux où ont été commis les meurtres des journalistes avec une symbologie unique, un point rouge pour chaque journaliste, et une part visuelle de l’encart cartographique quasi-totale. La précision n’est pas non plus le but recherché par le développement de l’application, et l’organisme ne s’en cache pas : « The pins on the map have been placed at city-level, and do not reflect an exact address. » peut-on lire dans l’onglet Legals du site. Cette simplicité dans les règles sémiologiques graphiques et la forte place de la carte sur la page web permettent à l’information géographique de servir de manière très impactante le message véhiculé et de centrer l’information sur l’essentiel : le nombre de meurtre de journalistes tout autour du globe est élevé.

Mettre un nom et un visage sur les chiffres

L’application permet aussi d’afficher une photographie et des informations complémentaires telle que le statut de l’affaire (résolue ou impunie). On y apprend que 9 cas sur 10 sont non-résolues. Cet aspect est important pour la sensibilisation auprès du grand public, car il fait prendre conscience que derrière les 1349 entités recensées, 1349 personnes exerçaient une profession dangereuse et ont perdu la vie. Des liens redirigeant vers des articles de presse permettent aussi d’approfondir le contexte de l’assassinat. D’après l’article publié dans le HuffingtonPost, 93% des meurtres sont dues à des « forces locales », « la mafia » ou « des commanditaires de gouvernement ».

 

Exemple d’informations complémentaires avec Cabu, assassiné lors des attentats du 07 janvier 2015 à Paris.

 

Sources :

https://keeptruthalive.co/map.html. UNESCO. Consulté le 05/11/2019

https://www.huffingtonpost.fr/entry/unesco-carte-journalistes-tues-monde_fr_5dbc460be4b09d8f979a0b5c?ncid=tweetlnkfrhpmg00000001 HuffingtonPost, S. Arena. 02/11/2019. Consulté le 05/11/2019

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *