Des images satellitaires permettent d’identifier les causes de la déforestation tropicale


L’utilisation d’images satellitaires au service de l’environnement

 

Les forêts tropicales sont soumises à une déforestation de plus en plus importante. Il est donc important d’identifier les zones où les forêts sont les plus vulnérables et pour en identifier les causes. Des chercheurs du centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement  (Cirad), du centre international d’agriculture française (Ciat) et de l’Université de Rennes 2 ont établi une méthode d’analyse qui pourrait répondre à ses besoins. La méthode est basée sur le point essentiel de la vulnérabilité de la forêt et sa capacité de résilience. C’est-à-dire à quelles menaces est exposée la forêt et quelle est sa capacité à se relever face aux incidents.

Cette méthode a été utilisée pour la première fois au Vietnam où les cultures telles que le café ont transformé les terres forestières en zones vulnérables à la sécheresse, à l’érosion des sols et aux incendies.

Celle-ci se base d’abord sur une cartographie en mosaïque de l’utilisation actuelle des terres à 45 ans d’images satellitaires Sentinel-2 et Landsat. Cela se conclut donc par une analyse diachronique de l’évolution du territoire au fil du temps et cela a donc permis d’identifier avec précision les zones les plus vulnérables.

« Nous montrons que les zones les plus vulnérables sont composées de forêts dégradées, d’une fragmentation élevée de l’habitat forestier qui augmente la sensibilité d’une forêt aux incendies et de la culture du café par extension, indique Clément Bourgoin, doctorant au Cirad, qui a aidé à développer la méthode. « Ces cartes permettent de cibler les zones où il faut limiter l’expansion des cultures et augmenter la capacité de réponse des forêts en limitant la fragmentation ».

Les chercheurs espèrent que la cartographie permettra une surveillance plus régulière de la vulnérabilité des forêts grâce à des systèmes tels que Terra-i, qui peuvent détecter la déforestation presque en temps réel.

Pour développer un peu plus l’outil Terra-i évoqué précédemment, c’est un système permettant de détecter quasiment en temps réel la déforestation. Cet outil est d’abord développé en Amérique Latine. Il utilise les données des satellites et le réseau de neurones artificiels pour détecter des changements dans la végétation.

Nous pouvons voir dans l’image ci-dessous dans la région de Madre de Dios au Pérou où des mines artisanales sont exploitées. Terra-i alerte par des points rouges le changement de la végétation et le passage à l’exploitation de mines. Il est estimé, grâce à l’outil Terra-i, que cette région du Pérou a perdu plus de 28 000 hectares de végétation entre 2004 et 2011.

 

 

Sources :

  • Assessing the ecological vulnerability of forest landscape to agricultural frontier expansion in the Central Highlands of Vietnam. International Journal of Applied Earth Observation and Geoinformation, 2020
  • https://www.wri.org/blog/2014/12/monitoring-forest-change-latin-america-terra-i

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *