Cartographie de la salinité de l’océan par l’Agence Spatiale européenne


« Depuis des décennies, les océanographes notent une évolution de la salinité des océans, notamment dans les régions tropicales de l’Atlantique et du Pacifique. Un phénomène qui doit être imputé aux changements climatiques. » (Laramée de Tannenberg Valéry, 01-02-2012). L’Agence Spatial européenne a dévoilé récemment une nouvelle cartographie concernant la salinité des océans. Le dernier jeu de données sur la salinité des océans produit par l’Agence Spatiale européenne est le plus complet et précis jamais réalisé. Les études sur la salinité des océans sont essentielles puisqu’elles permettent de comprendre la dynamique des océans. Ce niveau de précision a pu être atteint en comparant trois anciennes missions :

  • Soil Moisture and Ocean Salinity (SMOS)
  • Soil Moisture Active Passive mission (SMAP)
  • Aquarius

Premier résultat de la mission Aquarius en 2011

La mission SMOS se traduit par l’envoi d’un petit satellite par l’Agence Spatiale européenne en novembre 2009 qui a pour but de mesurer l’humidité superficielle des terres émergées et la salinité des océans. Elle permet aussi de suivre l’évolution des courants marins ainsi que l’impact climatique de ces évolutions. De plus, la mission d’observation de la Terre de la NASA de 2015, SMAP, utilise un satellite de télédétection pour collecter des données sur la surface de la Terre, l’atmosphère, la biosphère et les océans sur une longue durée. Enfin, la mission Aquarius était un instrument spatial utilisé par la NASA depuis 2011 pour mesurer la salinité de l’eau pour prédire les conditions climatiques dans le futur.

Résultat après mise en commun des données des précédentes missions

La combinaison de ces trois missions et instruments, a permis à l’Agence Spatiale européenne de rendre la cartographie de la salinité des océans beaucoup plus précise que ce qu’elle était auparavant. Cette mise en commun des résultats des différents instruments a permis l’affinage des données sur 9 années (entre 2010 et 2018). La résolution spatiale est de l’ordre de 50 kilomètres et sa résolution temporelle peut aller jusqu’au jour. Cette précision nous permettra de mieux comprendre l’évolution des courants marins et du cycle de l’eau à l’échelle planétaire puisque la salinité de l’eau est fortement corrélée au bilan précipitation/évaporation. « De manière générale, la salinité de l’eau modifie les échanges thermiques au sein de l’océan et son impact sur la densité de l’eau modifie la dynamique océanique et donc les transports de chaleur. En d’autres termes, la salinité modifie, d’une part, la capacité des océans à stocker de la chaleur et, d’autre part, les modalités d’accès à la chaleur stockée en profondeur » (Sacco Laurent, 01-12-2007). En modulant le retour de cette chaleur vers la surface, elle influe sur l’état moyen et la variabilité du climat. Ce système permet aussi l’évaluation de l’impact des fleuves et de la fonte des calottes glaciaires sur la salinité des océans.

 

Bibliographie :

_ Altendorf Damien, 7-12-2019, L’Agence spatiale européenne dévoile la cartographie de salinité de l’océan la plus précise jamais produite, SciencePost, en ligne :

https://sciencepost.fr/lagence-spatiale-europeenne-devoile-la-cartographie-de-salinite-de-l-ocean-la-plus-precise-jamais-produite/

_ Demeersman X., 30-09-2011, [Image du jour] : Carte de la salinité des océans, Cosmographe, en ligne :

http://www.lecosmographe.com/blog/carte-de-la-salinite-des-oceans/

 

_ Laramée de Tannenberg, 01-02-2012, Le changement climatique change la salinité des océans, Journal de l’environnement, en ligne :

http://www.journaldelenvironnement.net/article/le-changement-climatique-change-la-salinite-des-oceans,27350

_ Sacco Laurent, 01-12-2017, La salinité de surface des océans sous surveillance, Futura Planète, en ligne :

https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/oceanographie-salinite-surface-oceans-sous-surveillance-13754/