Découverte de nouveaux sites Maya


Depuis quelques années, les archéologues ont un nouvel outil pour les aider dans leur recherche. Il n’est plus nécessaire de trouver sur le terrain pour faire des découvertes. En effet, le LiDAR (Light detection and ranging) a profondément révolutionné les méthodes de travail de ses chercheurs. Il est désormais possible de scanner une région entière pour découvrir des sites, mais cette solution est particulièrement coûteuse et encore assez peu utilisée .

L’archéologue Takeshi Inomata, de l’université d’Arizona, n’a lui déboursé aucun centime pour faire une des plus importantes découvertes de ces dernières années. En effet, celui-ci a parcouru les données LiDAR disponibles en libre accès sur les sites gouvernementaux mexicains, Mexico’s National Insitute of Statistics and Geography, et grâce à une carte LiDAR datant de 2011 il a pu mettre à jour un site de 4 440 miles carrés, soit 11 500 km².

Le site se trouve sur les provinces de Tabasco et de Chiapas, qui se trouve au Sud du pays comme vous pouvez le voir sur la carte ci-dessous.

Les différentes provinces du Mexique (source : Wiki)

Les cartes et données disponibles en ligne ont exactement été produites pour que des chercheurs puissent les utiliser gratuitement. Et du fait de leur gratuité, les cartes n’ont pas une résolution importante, et il a été nécessaire pour Inomata de retravailler celles-ci afin d’en obtenir les détails les plus fins, comme les contours de ce temple ci-dessous.

Les fondations d’un temple Maya (source : Instituto Nacional de Estadística y Geografía/Nacional Center for Airborne Laser Mapping)

Pour l’instant l’archéologue a pu découvrir 27 espaces cérémonials Maya que les chercheurs n’avaient jamais observé auparavant, et ceux-ci pourraient nous permettre de mieux comprendre l’histoire de cette civilisation perdue.

Donc un conseil, fouillez dans les open datas et peut-être que vous ferez une grande découverte !

 

Source :

Zach Zorich, « Online Map Leads Archaeologist to Maya Discovery », The New York Times,  08/10/2019

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *