Le cadastre napoléonien sous SIG


Cet article fait suite à celui « Napoléon et maintenant ? » publié le 5 novembre 2019

Allons dans le passé dans les prémices du premier outil juridique et fiscal de la France. Le cadastre napoléonien ou ancien cadastre, il a pu permettre aux citoyens du Premier Empire français de contribuer équitablement à la taxe foncière. Il succéda aux plans terriers qui se trouvèrent être très hétérogènes et au contraire seront levés par la méthode de l’arpentage. Après quelques siècles, le cadastre de Napoléon reste encore aujourd’hui la méthode utilisée pour le calcul des impôts fonciers.

Dans notre monde contemporain le cadastre d’époque est un outil utile pour représenter notre territoire. Il se trouve être comme les cartes de l’État-Major une partie de l’histoire de l’évolution du territoire français. Les géographes et historiens y trouvent leur bonheur afin d’expliquer certains phénomènes de la ville et de la ruralité. Le cadastre napoléonien a par exemple pu confirmer à l’époque où il a été constitué que certains départements étaient déjà très intensivement exploités par l’agriculture, l’élevage ou des zones construites.

D’accord, mais en quoi cela touche le monde des SIG et de la géomatique ? Pas d’inquiétude, j’y arrive. Je me devais de faire un état de l’art et un contexte historique d’un outil qui a su évoluer après la Révolution française. Actuellement de nombreuses collectivités mettent en place des Open Data pour maximiser la transparence des données auprès des citoyens. Dans notre exemple de cadastre napoléonien, le fait de faire une recherche Google nous montre très vite des résultats de différents départements qui publient leurs archives.

Bon très bien, c’est sympa d’avoir accès aux archives ça évite d’aller dans un bâtiment avec plein de bouquins et où on a peur d’abîmer un truc. Mais c’est quand que tu nous parle d’un outil !

Maintenant il faut bien appliquer un outil géomatique avec des archives disponibles en Open Data. C’est ce que le service SIG du département des Hauts-de-Seine propose dans sa dernière réalisation web cartographique. Lien vers l’application

Cette application permet une nouvelle approche des plans du cadastre conservé aux Archives départementales des Hauts-de-Seine. Numérisés, redécoupés et géoréférencés, ils ont été assemblés afin de constituer une carte sur l’ensemble des Hauts-de-Seine. Grâce à la juxtaposition avec le cadastre actuel dans sa version la plus récente, cette carte permet une approche renouvelée de ces documents. Il n’est en effet plus nécessaire de passer par des tableaux d’assemblage très souvent compliqués à comprendre. Grâce à un widget de filtre et de recherche, il est maintenant plus simple d’aller observer une parcelle.  Il est ainsi aisé de voyager dans l’histoire du cadastre.

Nous avons trouvé un outil qui comme évoqué précédemment permet d’observer des évolutions sur un territoire. Nous pouvons voir ainsi l’évolution des villes comme Colombes, Nanterre, Rueil-Malmaison, Sceaux… qui sont à l’époque considérées comme des villages. En plus d’être un outil de consultation cadastrale, il permet de retracer l’histoire de propriété.

Les données orthophotographiques proposées dans l’application sont disponibles librement :

Sources:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cadastre

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cadastre_napol%C3%A9onien

 

Laissez un commentaire