Movieland : une cartographie du cinéma


Qui n’a jamais passé au moins autant de temps à choisir un film qu’à réellement le regarder ?

David Honorat, auteur et designer français spécialiste du cinéma et cofondateur du réseau social français voué au cinéma Vodkaster, propose une manière simple de faire face à ce dilemme : une cartographie de plus de 1800 films « Movieland ». À la manière des cartes routières qui nous guident vers une localisation précise, cette carte nous permet de naviguer dans cette abondance cinématographique vers le meilleur choix possible en fonction de nos envies.

Quelques années avant, David Honorat avait déjà construit un plan de métro avec 16 lignes consacrées à différents thèmes (western, comédie, drame etc.) qui s’entrecroisaient avec l’envie de montrer que l’on peut « circuler par la pensée dans le cinéma comme dans le métro, emprunter des correspondances pour passer d’un genre à l’autre […] voilà ce qui pourrait définir la cinéphilie ; cette capacité à percevoir les réseaux qui donnent son sens au cinéma. » (Extrait du communiqué de lancement de la plateforme Vodkaster.com).

 

Extrait du plan « The Best Movie of All Time Map ».

 

En 2017, David Honorat lance une campagne de crowfounding pour la conception de sa carte. Dans une interview, il annonce avoir travaillé plus de 300 heure sur la conception de la carte avec le logiciel de dessin vectoriel Sketch. L’auteur n’a pas de formation de géographe, cartographe ou géomaticien mais bien d’un graphiste : cette subtilité se retrouve dans la carte finale. Ainsi, la création de la carte et les éléments que l’on retrouve ou pas sont donc le résultat d’un approche graphiste plus que celle d’un cartographe averti. Par exemple on ne retrouvera la traditionnelle échelle ou encore la flèche d’orientation sur cette carte. Des éléments de classique de carte sont en revanche bien présents comme les éléments graphiques visuels qui sont repris et hiérarchisés dans la légende. De même, les chefs d’œuvres sont subtilement mis en avant par une police grasse : ce choix permet d’insérer une hiérarchie qualitative des films et être visuellement parlant.

The Great Map of Movieland.

 

Les films sont repartis le long des routes et regroupés par thème ou par genre : on voyage alors de la « Contrée Marrante » à « Désert du Western » en passant par « La Vallée de l’Amour » et bien d’autres. Des éléments de paysage, comme on en retrouverait sur des cartes classiques sont également présents : des mers, des forêts, des rivières etc. et se marient généralement bien avec les thèmes (Shutter Island est par exemple sur une île).

Cette carte géographique imaginaire conçue par David Honorat nous rappelle également qu’un film n’est pas une fin en soi mais peut être un point de départ, une porte ouverte à d’autres possibilités cinématographiques.

Extrait de la carte : The Great Map of Movieland.

 

Sources :

https://www.binge.audio/movieland-le-cinema-quon-aime/

https://plugin.01net.com/pop/movieland-l-ouvrage-qui-cartographie-le-cinema-1556638.html

https://www.lesechos.fr/idees-debats/livres/le-cinema-comme-territoire-1136988

https://www.kickstarter.com/projects/imtherookie/the-great-map-of-movieland

http://noaetsonmonde.blogspot.com/2011_09_01_archive.html

https://www.decryptageo.fr/wp-content/uploads/2018/12/movieland2.jpg

Laissez un commentaire