Une devise alternative


Une crise économique est une rupture d’équilibre entre grandeurs économiques, notamment entre production et consommation (Larousse). Ce retournement de l’activité débouche sur une récession qui peut elle-même se transformer en dépression.

 

Histoire

La grande dépression de 1929, le krack boursier de 1987, la crise asiatique de 1997 puis celle financière russe de 1998, ou encore les Subprimes en 2007 ; les crises économiques ont marqué notre dernier siècle. La période des Trente Glorieuses avait pourtant fait croire à une disparition de ces crises. Cependant, les crises pétrolières et l’abaissement de la croissance ont remis en question cette stabilité.

 

La recession (https://www.politiquemagazine.fr/economie/la-prochaine-crise-economique-est-deja-commencee/)

 

Conséquences

Il n’y a généralement pas un seul facteur mais une accumulation de paramètres conduisant à ces crises (politique, spéculation, immobilier, …). Elles ont laissé des traces dans l’histoire et impacté lourdement des pays, des emplois, des esprits. Progressivement, certains citoyens ont perdu confiance dans le système économique et la bourse mondiale. Souhaitant se réapproprier leurs économies, des monnaies alternatives ont vu le jour durant le XXe siècle.

 

 

Les MLC (Monnaie Locale Complémentaire) ou MLCC (Monnaie Locale Complémentaire et Citoyenne)

Destinées à favoriser l’économie locale, les monnaies locales fonctionnent avec les commerces de proximité.  Encadrée depuis la loi n°2014-856 du 31 juillet 2014 , la France est le premier pays a avoir reconnu ces monnaies légalement comme moyen de paiement en Europe car elles :

  • encouragent les circuits courts, la solidarité, la re-localisation;
  • préservent l’environnement;
  • ne sont pas gérées par des banques centrale mais par des associations.

L’abeille, l’eusko, la bou’sol …. ;  on en compte sur notre territoire plus d’une quarantaine. Dans le monde, certaines monnaies explosent comme en Suisse avec le WIR (monnaie créé depuis 1934 et utilisée par 60 000 entreprises) ou en Bavière avec le Chiemgaur (première monnaie européenne avec plus de 7 millions d’euros de transactions).

 

Les monnaies (http://epinal-en-transition.fr/2013/monnaie-locale/)

 

La géomatique dans tout ça ?

Si vous êtes intéressé par cette alternative mais ne savez pas par où commencer, n’hésitez pas à vous connecter sur ce site : http://monnaie-locale-complementaire-citoyenne.net/france/ . Vous y retrouverez une carte référençant l’ensemble des monnaies locales déclarées en France :

  • verte (pour celles qui circulent);
  • orange (celles ne circulant plus);
  • bleu (pour celles en projet).

 

 

Chaque MLC selectionnée vous permet de retrouver l’ensemble des caractéristiques de la monnaie, le lien au site internet et leur contact sur une nouvelle page. Sur certains de leurs sites, vous pourrez même géo localiser leurs partenaires.

Vous trouverez peut-être votre bonheur à quelques pas de chez vous.

 

 

 

 

 

 

 

Sources :

https://www.economie.gouv.fr/particuliers/monnaie-locale

https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/02/12/les-monnaies-locales-en-cinq-questions_5255656_3234.html

https://www.lafinancepourtous.com/decryptages/finance-et-societe/nouvelles-economies/les-monnaies-locales-et-complementaires/quest-ce-quune-monnaie-locale/