OCS GE, outil de suivi régulier de la France métropolitaine et des départements et régions d’outre-mer


Dans le cadre de l’objectif Zéro Artificialisation Nette, politique visant à réduire, éviter et compenser les espaces naturels, agricoles et forestiers consommés ; apparait un casse-tête. Ainsi, la mise en place d’un référentiel d’Occupation du sol grande échelle (OCS GE), pour un suivi régulier de l’ensemble du territoire métropolitain et des départements et régions d’outre-mer apparaît indispensable. Car l’usage d’un grand nombre de données existant dépendent de la thématique traitée et de l’échelle. 

 

QU’EST-CE QUE L’OCS GE ?

L’OCS GE est une base de données vectorielle permettant de décrire l’occupation du sol de l’ensemble du territoire. Les unités minimales de cartographie sont de 200m2 pour le bâti et de 500m2 pour le reste en zone urbaine. Ses informations sont principalement issues de photos aériennes mises à jour tous les trois ans, elles ont donc une cohérence temporelle avec ces dernières. Les millésimes successifs permettent de quantifier et de qualifier les évolutions des sols.

 

 

Usage du sol autour de Guérande (44) en 2013 & Couverture du sol autour de Guérande (44) en 2013

 

Contrairement à l’ancienne, la nouvelle génération OCS GE fait appel à des procédés d’intelligence artificielle de type « deep learning ». Elle s’appuie sur une infrastructure dotée de capacités de calcul importantes, et d’un espace de stockage permettant d’héberger et de traiter des données volumineuses.

L’OCS GE proposée par l’IGN possède une nomenclature emboîtée à deux dimensions : couverture et usage du sol.

En ce qui est de la couverture du sol, elle possède 14 postes, dont 4 pour les surfaces anthropisées. Quant aux usages du sol, elle présente 17 postes.

Les données OCS GE apportent une connaissance spatiale de l’occupation des sols. Leur finesse géométrique et sémantique permet de localiser, quantifier et de suivre l’évolution dans le temps de différents phénomènes liés à l’artificialisation des sols. Ensuite, elle est capable pour distinguer les zones perméables des zones imperméables ; ainsi que de distinguer les ENAF en vue de mesurer les proportions relatives de ces différents espaces. Et enfin, de cartographier les surfaces dont l’occupation du sol a évolué entre deux dates.

Exemple de résultats réalisés par l’IGN est disponible ici

 

 

Sources :

FOFANA Ahmed Diomande, « Le zéro artificialisation nette et son application en Essonne, un objectif réalisable »,. , Mémoire Master 1 GAEUR, 2021, p. 65.

https://artificialisation.biodiversitetousvivants.fr/

https://artificialisation.biodiversitetousvivants.fr/sites/artificialisation/files/inline-files/2021-juin_Presentation-donnees-OCSGE-Arcachon.pdf