Service de Portrait de l’Artificialisation des Territoires (SPARTE), outil d’aide à la decision au service des acteurs de l’aménagement


ORIGINE DU SERVICE DE PORTRAIT DE L’ARTIFICIALISATION DES TERRIROIRES

Mesurer l’artificialisation est une prise de tete, avec des acteurs qui ne cesse de rentrer en conflit. Imaginons au tour de la table un agriculteur qui veut vendre une parcelle constructible ; un élu qui veut développer son territoire ; un bureau d’étude qui veut vendre une prestation ; les associations de lutte contre la degradation de l’environnement qui ne veulent pas qu’on touche aux zones sensibles ; les techniciens de la collectivité qui veulent engager des projets en respectant les textes de lois et vouloir faire plaisir à tout le monde.

En effet, tous parlent de consommation des espaces, d’artificialisation ou encore d’urbanisation. Mais, ni en parlant de la meme chose, ni avec la meme vision. Ensuite, arrive les services de états, qui concentrent le projet de territoire avec leurs visions, leurs interpretations des textes évoquant la sobriété foncière. Au final tout ce petit monde échappe sur la foultitude des textes qui finit souvent au tribunal.

C’est à partir de ce constat et contexte nouveau (ZAN) que Philippe LORIOT, initie le projet SPARTE (Service du Portail de l’Artificialisation des Territoires).

 

ROLE DE SPARTE

Adossé à l’observatoire national de l’artificialisation, SPARTE permettra à un utilisateur obtenir un portrait, contenant un rappel des attendus règlementaires ; une description quantitative de l’artificialisation et de son évolution à travers des indicateurs pertinent et des cartographies ; des chiffres ; des tableaux etc. ; adapté au territoire et au projet en s’appuyant sur des données disponibles partout sur le territoire national (OCS GE). 

Au final, SPARTE permettra d’appuyer une analyse qualitative du territoire et sa projection vers demain sur une base solide et documentée. Autrement dire, il va en quelque sorte digérer et mettre à disposition les données de l’observatoire aux utilisateurs dans une forme immédiatement utilisable et communicable.

Avec l’avènement du SPARTE, l’utilisateur choisira un territoire, un intervalle de temps en fonction des besoins en cours. Et l’application fournira les données de l’observatoire national de l’artificialisation (OCS GE), pour générer un document décrivant l’utilisation actuel des espaces naturels, agricoles et forestiers ; leur evolution dans le temps et les determinant de cette evolution (démographie, emplois, habitats etc.).

 

 

MISE EN FONCTION DE SPARTE

La phase de lancement de SPARTE reste pour l’heure inconnue puisque qu’il depend directement de l’observatoire national de l’artificialisation, qui a son tour est tributaire de l’OCS GE. Base de données le prototype fut présenté en juillet dernier. Dont l’effectivité est prevue à la fin de 2022

 

sources :

https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/Webinaire%206%20juillet%20pr%C3%A9sentation%20Philippe%20Loriot%20DDTM33.pdf

https://artificialisation.biodiversitetousvivants.fr/