Et si vous écoutiez votre la ville ? «Cartophonie», une Sound Map française


Des sons et des cartes, pourquoi ? 

Les « sound maps » ont de plus en plus leur place dans la grande famille de la cartographie. Présents au quotidien sans que l’on y porte attention, les sons jouent pourtant un rôle dans notre perception de notre environnement. Des confinements successifs, empreints de silence, ont fait ressortir ce rapport aux bruits, aux sons ou, surtout, à leur absence. L’alliance entre les sons et la carte permet donc d’explorer à sa guise différents environnement de façon plus visuelle et intuitive.

“Sound maps are in many ways the most effective auditory archive of an environment, touching on aspects political, artistic, cultural, historical, and technological.” (Waldock, 2018, https://www.researchcatalogue.net/view/214583/214584

On peut alors se tourner vers des archives sonores rappelant un type de son mais l’on peut aussi se tourner vers les « sound maps », ou cartes sonores dans leur traduction française. Nous vous parlions ainsi il y a quelques temps de « COVID-19 Sound Map » qui met en avant des différences sonores entre l’avant et le pendant d’une crise mondiale au quotidien.

COVID-19 Soundmap : la carte des sons quotidiens durant les confinements liés à la crise sanitaire

« Cartophonies », une approche des sons spécifique

« Cartophonies » est un site internet initié par le Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’Environnement Urbain et l’Ecole Nationale Supérieure de Grenoble et comprend des archives allant de 1979 à aujourd’hui, permettant de s’intéresser aux évolutions sonores d’un paysage urbain. Leur ambition est ainsi de proposer une « connaissance des milieux habités et des ambiances contemporaines ».

Ces documents sonores mis à disposition sont localisés et trouvables sur le site en zoomant ou en en entrant le lieu recherché sur un fond d’image satellite offrant par ailleurs des éléments de contexte architecturaux.

« Cartophonies » est d’autant plus intéressant que bien qu’il indique que les sons sont « partiels et partiaux », il donne une analyse faite in-situ du lieu de prise de son, autant sur le bâti que sur la pratique sociale du lieu.

Exemple de son et d’analyse (1)

Exemple de son et d’analyse (2)

 

 

 

 

 

 

Cette cartographie sonore repose également sur une approche participative avec la possibilité pour tout à chacun de contribuer à enrichir ce qui peut être vu comme une « base de données ». Pour cela le contributeur doit indiquer les éléments indiqués sur l’illustration ci-dessous :

Image qui montre le procédé de mise en ligne d'un son participatif

Procédé de mise en ligne de son participatif

 

Quelle place pour « Cartophonies » et les Sound Maps ?

Une approche sensible de l’environnement (y compris urbain) peut donc passer par le son qui, inscrit dans une temporalité et dans un espace, contribue à l’appréhension d’un lieu. Il faut cependant garder en tête, et « Cartophonies » le rappelle, qu’il y a une partialité et comme toutes les données, le choix même de la prise d’un son en un lieu relève d’un choix et les commentaires relèvent d’une perception. La cartographie est donc ici encore un très bon outil pour ce type de donnée qualitative.

Vous pouvez donc retrouver « Cartophonie » pour découvrir les très nombreux sons sur la carte :

https://www.cartophonies.fr/

Mais vous pouvez également retrouver d’autres « sound maps » :

Sounds of the Forest : la carte sonore interactive des bruits des forêts dans le monde

http://www.nysoundmap.org/

https://journals.openedition.org/imagesrevues/437

https://www.researchcatalogue.net/view/214583/214584

https://www.cartophonies.fr/

https://en.wikipedia.org/wiki/Soundscape

https://en.wikipedia.org/wiki/Sound_map