Cartographie des rivières d’hydrocarbures de Titan


Titan est à ce jour le plus gros satellite naturel de Saturne, composé principalement de roche et d’eau gelée. Longtemps méconnue en raison d’une épaisse couche atmosphérique, sa surface est aujourd’hui largement étudiée ce qui a permis de relever l’existence de plusieurs lacs d’hydrocarbures dont le plus grand surnommé Kraken Mare mesure plus de 1000 kilomètres. Ce qui fait de Titan, le seul corps connu du Système Solaire, en dehors de la Terre, à abriter de la matière liquide à sa surface. Les conditions de pression et de température qui y règnent permettent en effet au méthane et à l’éthane d’y subsister à l’état liquide.

L’étude de ces réseaux fluviatiles de Titan a été permise par l’utilisation de la Sonde spatiale Cassini qui a pour but l’étude de la planète Saturne, ses satellites et ses anneaux.  Une fois les données collectées, une cartographie des flux a pu être établie. Une telle étude pourrait s’avérer décisive car elle aurait des implications sur la compréhension du système climatique de Titan, ou encore sur la caractérisation du système de transport des sédiments.

Méthodologie cartographique

Les réseaux fluviatiles sont distingués grâce aux forts contrastes clairs ou foncés qu’ils créent avec le reste de la surface. Ainsi, les réseaux figurant en foncé sur les images radar sont interprétés comme étant emplis de liquide, tandis que les réseaux figurant en clair représentent des canaux asséchés.

La majorité des réseaux fluviatiles imagés par Cassini semble localisés dans les régions polaires et près de l’équateur. Ils semblent pour la plupart concentrés autour des grandes mers dans la région du pôle Nord, tandis que leur répartition géographique semble plus erratique autour du pôle Sud.

À gauche, une carte détaillée de Vid Flumina (rivière localisée proche du pôle Nord). À droite, un réseau de rivières localisées vers l’est de Xanadu (région équatoriale). Les couleurs représentent le niveau de certitude, du vert pour le plus certain au rouge pour le moins sûr

 

L’ensemble de ces chenaux peuvent montrer une morphologie assez diversifiée, alternant entre des méandres, des cheminements rectilignes ou encore des canyons.

Au final, ces caractéristiques ont permis de dresser une carte recensant les réseaux fluviatiles de Titan, couvrant presque 60 % de la surface du satellite.

 

 

 

 

 

 

Bibliographie

 Miller et al, 2021

Salomon Gaspard, Les rivières d’hydrocarbure de Titan, Geoscience, 2021