Numérisation de la carte de Fra Mauro


La numérisation des cartes historiques est vraiment intéressante. Cela permet de sauvegarder presque à jamais, le savoir et les connaissances passées, tout en permettant de lui accorder bien plus de visibilité lorsque celles-ci sont en libres accès.

Numérisation : rendre la carte interactive au public

C’est à l’occasion de l’ouverture au public d’une nouvelle aile d’exposition du musée, que le laboratoire multimédia du musée Galilée de Florence a numérisé pour la première fois cette célèbre carte de Fra Mauro. Ils ont décidé de la mettre en ligne gratuitement sur leur site et ce en haute résolution. Désormais en libre accès, les passionnés d’histoire et de cartographie pourront explorer dans les moindres détails l’étonnante carte de Far Mauro, dont une copie est également exposée directement dans ce même musée de Florence. La numérisation est à si haute résolution, que les textes les plus petits sont lisibles, enfin bien sûr, si vous savez lire un italien quelque peu ancien.

Particularités de cette cartographie

Cette carte a été dessinée en 1459 par Fra Mauro, un moine italien aidé de son assistant, marin et cartographe, Andrea Bianco, à la demande du roi de Portugal Alphonse V. Par la suite, Fra Mauro a redessiner une nouvelle fois la carte, et c’est cette copie qui est parvenu jusqu’à nous.

Carte n°1 : Le planisphère de Fra Mauro, réalisé en 1459

La carte, affichée ci-dessus, est initialement représenté sur un inversé avec le sud en haut, et le nord en bas. Afin d’avoir une vue un peu plus naturel pour nous, et voir à quel point la carte est très précise pour l’époque, j’ai fait pivoter la carte à 180° pour avoir l’orientation Nord – Sud dont nous avons l’habitude. Mise à part cette orientation trompeuse, cette carte qui est sous la forme d’un planisphère, représente à la fois le monde connu et inconnu de l’époque. En effet, ce qui étonne les historiens, est davantage la précision apportée sur l’Afrique austral que , alors qu’aucun européen n’avait encore eu l’occasion d’y aller et d’y revenir. Mais comme souvent à l’époque, les informations sont principalement véhiculés par les marchands itinérants et c’est à partir de ces informations orales que sont créées une partie des cartographies de l’époque médiévale.

Sources