Inside Airbnb : des cartes pour comprendre l’ampleur du phénomène des plateformes de sous-location


Qui n’a jamais utilisé les plateformes de sous-location pour réserver un séjour ou un déplacement professionnel ?

En ce début de rentrée, profitons-en pour nous pencher sur un phénomène qui vous a peut-être rendu service lors de la recherche de votre hébergement de vacances : les plateformes de sous-location. 

Airbnb, Abritel, Booking… ces dernières se sont multipliées sur le territoire. Il s’agit d’interfaces numériques où les propriétaires d’un logement peuvent sous-louer leur bien à d’autres personnes, souvent des touristes, moyennant une compensation financière et le plus souvent pour une courte durée.

Aujourd’hui, Paris est la ville qui compte le plus grand nombre d’annonces Airbnb actives au monde et 87% d’entre elles proposent de louer un logement entier (Alternatives Economiques, juin 2018). 

 

Ce phénomène est pourtant accusé de durcir un marché immobilier déjà en tension avec une difficulté croissante d’accès au logement. En effet, louer sur ces plateformes est beaucoup plus rentable pour les propriétaires : un appartement peut être loué 800€ par semaine alors qu’en location à l’année, cela correspond à une mensualité. Outre les conséquences néfastes sur le marché immobilier, ces plateformes sont jugées responsables de gentrification touristique dans certains quartiers. D’autres secteurs, comme celui de l’industrie hôtelière classique, dénoncent une forme de concurrence déloyale. Ces plateformes échappent en effet aux normes et à la nécessité d’avoir une licence spéciale pour accueillir des touristes.

C’est pour l’ensemble de ces raisons que Murray Cox, un activiste américain, a décidé de créer Inside Airbnb en 2016. Ce site recueille des données issues d’Airbnb et propose, pour une dizaine de villes mondiales, un ensemble d’information sur les types de logements qui y sont loués : le type d’occupation (entier ou seulement partagé), le nombre de réservations à l’année, la durée moyenne d’occupation, la présence ou non d’une licence… mais aussi, il établi un classement des “meilleurs loueurs”. Ces derniers sont souvent des propriétaires qui détiennent un nombre important d’appartements et qui s’en servent essentiellement pour les louer sur ces plateformes. 

 

Source : http://insideairbnb.com/paris

 

 

Les données sont financées par des dons et disponibles gratuitement, garantissant une transparence de l’information. Par ailleurs, elles évitent à Airbnb ou ses lobbyistes de divulguer de fausses informations. Enfin, Inside Airbnb permet, à travers l’ensemble de ses cartes, de considérer l’ampleur du phénomène et d’alerter les pouvoirs publics et la population locale. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sources : 

Alternatives Economiques, Comment Airbnb étend son emprise, Article n°380, juin 2018, Cairn.info. Consulté en ligne le 03.09.2022, url : https://www.alternatives-economiques.fr/airbnb-etend-emprise/00084782. 

Mermet A.-C., Urbanités, Airbnb et la gentrification touristique des villes, Entretien, mai 2019. Consulté en ligne le 03.09.2021, url : https://www.revue-urbanites.fr/entendu-entretien-mermet/ 

Inside Airbnb, site web. Url : http://insideairbnb.com/