Application martienne d’ESRI (API ArcGIS pour JavaScript)


Par NicoLX (Nicolas LE MAUX)

Carte topographique de Mars, D’après ESA@.

 

Les ingénieurs de la NASA comme ceux de MDA Informations Systems utilisent ArcGis Pro, ArcMap et aussi ArcPy (sous Python) pour créer des MNT (modèles numériques de terrain) et construire une cartographie précise de Mars.

Cette API ArcGIS pour JavaScript est élaborée par ESRI pour des besoins de vulgarisation, et c’est plutôt réussi.

Caractéristiques :

La lumière projetée semble provenir de l’astre solaire et les ombres ainsi portées varient selon nos pérégrinations en accentuant les reliefs. Il existe d’ailleurs deux modes. Le premier se veut « réaliste » avec une colorimétrie proche des observations de terrain en reproduisant le spectre du visible. En revanche le second vise à signifier l’altimétrie. Son modèle passe du blanc des sommets au rouge criard pour les points hauts, au vert à bleu puis à l’indigo profond pour dépressions. L’orange clair représente quant à lui l’altitude de 0 mètre (géoïde martien).

@Nasa.  Deux types de vues de Mars : altimétrique et colorimétrique.

Vue altimétrique d’une face de Mars, d’après : ESA

Fonctionnalités :

On peut certes se promener à la surface de Mars, ou encore, suivre les trajets des différents rovers tels qu’Opportunity, Curiosity et Perseverance, mais pas seulement !

Cette application offre également de nombreuses activités ludiques. Il est possible de nous approprier la surface de la planète Mars, d’évaluer ses échelles, et surtout, de anthropomorphiser.

En effet, on peut par exemple placer dans les cratères de mars ou à ses pôles, l’île de Manhattan ou bien même, les contreforts de l’Himalaya. De plus, on peut projeter à la surface martienne chaque les pays du monde. La possibilité nous est donnée de réaliser des polygones et des calculs d’aires.

Une des facettes les plus intéressantes de l’application correspond certainement au calcul d’élévation par sélection direct de points. Quelques cliques suffisent ainsi pour passer des sommets du Mont Olympe à plus de 20.000 mètres de l’axe du géoïde martien aux abysses d’Hellas Planitia profond d’environ 7.500 mètres. Une ballade vertigineuse !

Enfin, on peut ficher des tweets sur la planète rouge et attester de notre passage sur ce corps planétaire, tels nos drapeaux plantés en Antarctique ou sur le sommet de l’Everest.

Somme toute, c’est un programme conçu sur un modèle très didactique, qui permet d’anticiper l’imminente conquête humaine de Mars et son anthropisation.

Vue du Mont Olympe, d’après API ArcGis pour Javascript d’ESRI

Vue de mars dans le domaine du spectre visible, d’après APLI ArcGis sous Javascript d’ESRI

 

 

Sitographie :

« ESA Science & Technology – Hellas Basin on Mars ». https://sci.esa.int/web/mars-express/-/58614-hellas-basin-on-mars.

« Explore Mars 3D App | Mars 3D Globe ». https://explore-mars.esri.com/.

SIGTV.FR, Xavier Fodor-SIGMAG. « Bienvenue sur Mars ! » SIGMAG SIGTV.FR – Un autre regard sur la géomatique et les systèmes d’informations géographiques SIG. https://www.sigtv.fr/Bienvenue-sur-Mars-_a1319.html.