Les manifestations en Iran en cartes


L’Iran fait face à des mouvements de protestation de masse depuis le 16 septembre, date à laquelle Mahsa (Zhina) Amini, une Iranienne d’origine kurde de 22 ans, a été tuée suite à son interpellation par la police des mœurs pour un foulard soi-disant mal ajusté.

Suite à cet évènement, les manifestations contre le pouvoir militaro-religieux de Téhéran se sont multipliées sur l’ensemble du pays en seulement quelques semaines.

Le journal The Guardian propose une cartographie interactive qui retrace les actions de protestation en Iran, depuis la mort de Mahsa (Zhina) Amini le 16 septembre jusqu’aux violents affrontements à Tabriz le 20 octobre.

A partir des données de l’ACLED (Armed Conflict Location & Event Data), le service cartographique du monde propose également une cartographie des manifestations en Iran.

Il faut savoir que le gouvernement iranien a mis en place des restrictions sur Internet et les télécommunications, ce qui constitue une difficulté pour évaluer l’ampleur du mouvement.

 

Si le gouvernement iranien a déjà dû faire face à de récentes manifestations (contre le non-paiement des salaires du public ou des retraites, les problèmes économiques causés par une mauvaise gestion de l’eau ou encore l’augmentation abrupte du prix de l’essence à la pompe), il s’agit ici d’un mouvement qualifié d’ « épisode révolutionnaire » (sociologue Asef Bayat) par son étendue géographique et sa longévité. Mené au début par les jeunes du pays, ce soulèvement implique désormais d’autres catégories d’âges et presque toutes les classes de la société. Il vise à défendre les droits de l’homme, loin des injonctions faites par les autorités, comme le rappelle le slogan du mouvement « Femme, vie, liberté ! ».

 

« En 2022, une contestation féministe ancienne de la République islamique, libérée par la mort de Zhina–Mahsa Amini, a pu prendre une dimension massive, portée par une jeune génération d’activistes souvent adolescentes, virtuoses d’Instagram et qui se découvraient, à la faveur des événements, une vocation d’influenceuses. »  – Stéphane Dudoignon

A la date du 12 novembre, 326 civils ont été tués depuis le début du soulèvement, dont 43 enfants et 25 femmes selon l’ONG Iran Human Rights. Le bilan est particulièrement important dans les régions kurdes (nord-ouest et ouest) et baloutches (sud-est).

 


Sources :

Consultation des sites les 13/12/2022, 14/12/2022 et 19/12/2022.

Podcast Les Cartes en mouvement (2022), « En Iran, la révolte des petits­ enfants de la révolution islamique : tout comprendre en une carte », France Culture 

Sylvain Genevois (2022), « La carte, objet éminemment politique : les formes du soulèvement en Iran », Cartographie(s) numérique(s) [En ligne]

Stéphane Dudoignon (2022), « Iran  : soulèvement unifié, répression dispersée ? », Le Grand Continent [En ligne]

Le Figaro (2022), « Iran : au moins 326 manifestants tués, selon un nouveau bilan d’IHR », [En ligne]

Niels de Hoog et Elena Morresi (2022), « Mapping Iran’s unrest: how Mahsa Amini’s death led to nationwide protests », The Guardian [En ligne]