« EMU » (Ecological Marine Units) de ESRI pour mieux comprendre les océans


Source : http://www.esri.com/esri-news/releases/16-3qtr/esri-releases-emus-to-understand-the-ocean

Le 15 Septembre 2016, à la Conférence des Océans à Washington, ESRI a présenté « EMU » (Ecological Marine Units ou Unités Marines Écologiques) pour mieux comprendre le fonctionnement des océans. Derniers grands espaces peu connus de l’Homme, les océans recouvrent pourtant 70 % de notre planète. Avec EMU, ESRI sur le point de dépasser les frontières de la cartographie, développe une carte interactive complète des océans, axée sur les données et sur la 3 D. En effet, en collaborant avec de nombreux partenaires (l’USGS, l’Institut de Conservation Marine, l’Université d’Auckland…), ESRI a pu recueillir des millions de mesures pour représenter de manière globale les propriétés physico-chimiques des océans, et reproduire le fonctionnement des écosystèmes marins.

Le but, avec l’ensemble de ces mesures, a été de produire un véritable modèle de données 3 D de l’océan qui aboutit à un maillage de plus de 50 millions de points, tout en développant en parallèle des outils permettant une visualisation en 3 D de ces données qui soit précise et compréhensible par l’ensemble des utilisateurs. Dans ce cadre, une méthodologie de classification statistique robuste a également été développée pour identifier les caractéristiques physico-chimiques de la colonne d’eau, dans des millions d’endroits, en se basant sur la température, la salinité, l’oxygène dissous, les nutriments etc.

Ainsi, ESRI a pu sortir une nouvelle carte des Unités Marines Écologiques accessible par l’application web « EMU Explorer », et en Novembre 2016, cette information géospatiale sera disponible pour les utilisateurs de la plateforme ArcGis d’ESRI.

zoomée sur la France, avec un point spécifique sélectionné dans la Manche pour découvrir les caractéristiques physico-chimiques du point sélectionné. Source : http://livingatlas.arcgis.com/emu/

zoomée sur la France, avec un point spécifique sélectionné dans la Manche pour découvrir les caractéristiques physico-chimiques du point sélectionné. Source : http://livingatlas.arcgis.com/emu/

EMU peut être utilisée pour de nombreuses études scientifiques concernant les impacts liés au changement climatique, ou dans de nombreux autres domaines notamment la planification spatiale marine. Dans le cadre des études scientifiques, EMU permet de mieux surveiller les océans, améliorer la résilience face aux changements climatiques et sélectionner les meilleures zones marines de conservation de la biodiversité grâce aux données physico-chimiques disponibles.

EMU est encore un prototype qui ne cherche qu’à s’enrichir en augmentant son contenu en information… et donc en données. Pour cela, EMU nécessite une forte collaboration de toute la communauté scientifique pour lui ajouter de la donnée supplémentaire à l’échelle de la planète. Avec ces données supplémentaires, le but sera de connecter ces informations physico-chimiques à un ensemble d’autres paramètres biologiques, comme la répartition des espèces, les différentes zones biogéographiques, les fonds marins etc., pour ainsi mieux connaître les réponses de ces écosystèmes. Concrètement, cela permettra de prévoir et/ou de comprendre la distribution biologique de certaines espèces face à l’acidification de l’eau ou à un changement de salinité.

Nouvelle façon de modéliser les océans, EMU a un avenir infini grâce à l’apport continu de nouvelles données de la communauté scientifique pour découvrir les mystères des océans.

Sources :

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *