Entretien avec Elodie Ruch, lauréate catégorie Master du concours Géovisualisation de l’édition 2017 du FIG


Elodie Ruch, lauréate catégorie Master du concours Géovisualisation de l’édition 2017 du Festival International de la Géographie, nous présente son parcours ainsi que son projet !

 

Partie 1 : Présentation

 

Bonjour Elodie !  peux-tu te présenter ?

Bonjour ! Je suis donc Elodie et j’ai 22 ans, je suis originaire d’Alsace. J’ai effectué mes cinq années d’études à l’Université de Strasbourg, plus précisément à la Faculté de Géographie et d’Aménagement, en commençant par une licence de Géographie puis un Master « Observation de la Terre et Géomatique ». Quasiment tout au long de ce parcours universitaire, j’ai en parallèle eu une vie associative assez riche au sein de l’Association des Etudiants en Géographie de Strasbourg : j’ai d’abord écrit le journal de la fac durant ma deuxième année, j’ai été secrétaire durant ma troisième année, et j’ai été présidente durant ma première année de Master (si si, on y arrive ! ). Durant ma deuxième année de Master, j’ai été vice-présidente en charge de la formation et des événements au sein de l’Association Fédérative Nationale des Etudiants en Géographie.

Pourquoi as-tu choisis ce master en particulier ?

La Master m’intéressait beaucoup car je voulais à la base m’orienter vers la télédétection, qui est une thématique importante dans ce Master à Strasbourg, même si les S.I.G. m’intéressaient également beaucoup. Je n’ai pas été déçue et je me suis finalement tournée vers les S.I.G. et plus particulièrement les Web S.I.G. au cours de ma deuxième année.

Quel a été le déclic qui t’as orienté vers la Géomatique ?

La Géographie est une discipline tellement vaste que je n’arrivais pas à me décider pour une thématique particulière : la géomatique me permettait de « toucher à tout » en utilisant l’information géographique, et lorsque j’ai découvert les S.I.G. et la télédétection en troisième année de licence, je n’ai pas réfléchi longtemps !

 

Partie 2 : Le concours

Présente-nous ce que représente le FIG (Festival International de Géographie) à tes yeux ?

Le Festival International de la Géographie est pour moi une merveilleuse occasion de rencontrer (ou de retrouver ! ) de nombreuses personnes qui partagent la même passion : celle de la géographie.  On découvre également des thématiques sur lesquelles on ne se serait pas forcément penchés par soi-même.

Peux tu parler du concours de Géomatique que tu as gagné ? 

Le concours Géovisualisation présente et récompense des travaux basés sur la cartographie dynamique, interactive et/ou multimédia. Le numérique étant aujourd’hui prégnant dans l’information géographique, et la cartographie étant de plus en plus accessible à tous grâce au Web, de très beaux projets ont été présentés cette année, et dont la vocation était à chaque fois de faire découvrir ou de rendre accessible l’information géographique au grand public.

Comment s’est déroulé ton inscription au concours ? Par le biais de l’université ou par toi-même ?

C’est mon tuteur d’entreprise qui m’a transféré le mail d’information (reçu via la mailing Géo Tam-Tam) au cours de mon stage, car il estimait que l’application que j’élaborais dans ce cadre avait sa place dans un tel concours. J’ai donc envoyé le lien de l’application ainsi qu’une double page d’explications (contexte, fonctionnement, méthodologie…) au concours, et j’ai reçu un mail un peu plus tard qui me disait que mon travail était retenu.

 

(Source : Affiche officielle du FIG 2017)

Partie 3 : Ton projet

 

Présente-nous ton projet ! 

Le travail j’ai présenté est celui que j’ai réalisé dans le cadre de mon stage de fin de master d’une durée de 6 mois, au sein du bureau d’études O.T.E. Ingénierie à Illkirch-Graffenstaden.

Il s’agit d’une application de cartographie interactive et multimédia, dont le but premier est d’être un nouveau support de présentation dans le cadre de la concertation en urbanisme. L’idée venait à la base d’un des cartographes-administrateur S.I.G. de l’entreprise, Stéphane Moisy, qui est également devenu mon tuteur de stage.

En effet, les cartes statiques affichées en réunion de concertation durant l’élaboration des P.L.U. sont parfois difficiles à appréhender aussi bien pour les citoyens que pour le maire et les élus. Cet outil permet d’avoir une nouvelle vision et une autre approche du territoire puisque l’on peut zoomer, dézoomer, afficher de nouvelles couches, avoir un aperçu 3D… Les possibilités sont nombreuses, et l’idée était de balayer toutes les propositions d’interactivité de la plateforme de conception d’applications cartographiques ArcGis Online.

 

(Source: Page d’accueil de l’application développée par Elodie)

 

Si j’étais la seule à travailler là-dessus, j’ai quand même pu compter sur l’aide de mon tuteur, et de mon collègue cartographe Aurélien, ainsi que celle des urbanistes d’O.T.E. Ingénierie, notamment sur les questions propres aux règles d’aménagement que je connaissais finalement assez peu au début du stage. L’application est centrée sur la commune de Zetting en Lorraine, car son P.L.U. est en cours d’élaboration et que de nombreuses cartes statiques avaient déjà été produites : j’avais donc pas mal de données disponibles. Elle a été présentée au maire et à ses élus durant une réunion de concertation, et l’accueil a été très enthousiaste ! Elle sera prochainement mise à disposition des citoyens sur le site de la commune, pour qu’à leur tour ils puissent interagir avec les cartes et (re)-découvrir les enjeux de leur territoire.

Aujourd’hui, on cherche à appliquer la méthodologie à d’autres communes, mais également à des communautés de communes (dans le cadre d’un P.L.U. intercommunal).

 

Merci beaucoup Elodie, et bonne continuation pour la suite !

Pour aller voir l’application développée par Elodie : http://ote.maps.arcgis.com/apps/Cascade/index.html?appid=d3d6a9279d86476abcf1f4f24b7f7bb2

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *