Cartographie sur les pesticides


L’usage des pesticides est une question de santé publique majeure. De façon directe, de par ses effets sur les aliments que nous consommons, et également par l’exposition physique des personnes et de l’environnement aux pesticides qui se diffusent rapidement dans l’air ou dans l’eau. Les pesticides à usage agricole seraient les plus commercialisés en France (près de 90%). Leur réduction est désormais un objectif politique affiché. La société civile se saisit peu à peu de ce problème considéré comme une forme de pollution après s’être focalisée sur les pollutions atmosphériques provoquées par l’industrie et les transports routiers. Le colloque organisé par la SFER (Société Française d’économie rurale, fondée en 1948) à Lyon discutant des recherches scientifiques sur les pesticides, en est un exemple.

La cartographie des communes françaises sans pesticides s’inscrit dans le cadre de ces initiatives de transparence et de diffusion de l’information aux populations sur la situation nationale sur cette problématique. Elle a également un intérêt dans la protection de l’environnement et des ressources.

carte-villages-sans-pesticides

Financée par plusieurs associations telles que Générations Futures, Agir pour l’Environnement et Bio Consom’acteurs, et avec le soutien de plusieurs organismes publics tels que Natureparif, le but de ce site est de pouvoir atteindre un niveau de couverture se rapprochant le plus possible d’une couverture totale du territoire national.

Pour ce faire, le site internet compte sur l’aide des internautes pour inciter les communes n’ayant pas renseigné leur situation à le faire via un outil de recherche. Le site incite ensuite les internautes à contacter eux-mêmes les mairies par mail, courrier ou téléphone pour faire la demande de recensement. Le site propose directement un modèle de mail, de lettre et met à disposition les adresses des mairies et leurs numéros de téléphone.

Une fois la demande reçue, il revient ensuite aux maires eux-mêmes ou à toutes personnes ayant reçu une délégation de renseigner leur situation. Seules ces personnes sont en théorie habilitées à renseigner leur commune. Cependant, le formulaire d’inscription est accessible à n’importe qui. Ce qui pose la question de la fiabilité du résultat final.

Pour consulter le site c’est ici : http://www.villes-et-villages-sans-pesticides.fr/

Cependant, si cette initiative semble justifiée d’un point de vue citoyen, elle pose des questions du point de vue politique. Les communes qui n’ont pas encore engagé de procédure de réduction de l’usage des pesticides ne vont-elles pas se montrer réticentes à s’inscrire sur le site ? La situation actuelle de la carte peut laisser supposer que oui, car sur les 3078 communes qui ont répondu au recensement, seulement 119 affirment ne pas avoir réduit leur usage des pesticides.

 

Sources :

http://www.agirpourlenvironnement.org/

http://www.sfer.asso.fr/la_vie_de_l_association

Marc Guérin, « Introduction – La réduction des pesticides agricoles. Enjeux, modalités et conséquences », Économie rurale [En ligne], 333 | janvier-février 2013, mis en ligne le 15 février 2013, consulté le 22 mars 2013. URL : https://www.cairn.info/revue-economie-rurale-2013-1.htm

Geneviève Nguyen et al, « Pratiques agricoles pour la réduction des produits phytosanitaires. Le rôle de l’apprentissage collectif » Économie rurale [En ligne], 333 | janvier-février 2013, mis en ligne le 15 février 2013, consulté le 22 mars 2013. URL : https://www.cairn.info/revue-economie-rurale-2013-1.htm

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *