D’ici 2050, la ville la plus verte sera dans un pays émergent


Projet futuriste de la Ville Verte, modèle applicable en Asie

vincent-callebaut-paris-2050-5

Source: https://mrmondialisation.org/cet-architecte-belge-qui-revait-dun-avenir-durable/

Aujourd’hui, plus de 50% de la population mondiale vit en ville. Dans un monde capitaliste, la concentration et l’évolution du monde économique se situent dans les centres urbains denses. D’ici 2030, la tendance va encore s’accroître et il n’est pas surprenant de constater que la population urbaine atteindra les 60%. Les villes ne seront aptes à accueillir une telle population que si elles deviennent durables et vertes, selon Helga Salinas.

A New York, la voiture individuelle est encore fortement utilisée alors qu’à San Francisco, les transports en commun sont privilégiés. Les villes européennnes, comme Londres ou Paris, ont mis en place des initiatives pour limiter le réchauffement climatique. Le nombre de parcs urbains augmentent, les logements deviennent de plus en plus basse consommation et respectueux de l’environnement grâce aux récupérations d’eau de pluie ou à la faible utilisation d’énergie. Pourtant, face à la croissance démographique mondiale, et malgré les efforts de durabilité qu’entreprennent les pays occidentaux, la consommation d’énergie sera triplement plus importante en 2050 qu’elle ne l’était en 2005. La seule solution pour résoudre ce problème est de miser tous nos espoirs vers les pays encore en développement, notamment en Asie, en Afrique et au Moyen-Orient.

 Comment développer un monde durable: le pourcentage d’énergie potentiellement « économisable » en 2050 

Energie_monde

Source: http://magazine.good.is/infographics/urban-energy

La carte ci-dessus représente une analyse récente, réalisée sur deux ans, grâce aux données de la Banque mondiale, de la Global Energy Assessment et l’Association internationale des transports publics sur l’activité économique, le prix du gaz, la densité de population et la géographie de 274 villes.

Selon l’étude, l’épargne mondiale d’énergie ne peut se faire sans le rôle des pays industrialisés. L’utilisation de l’énergie peut être sauvée dans le monde entier avec l’application des politiques sur l’efficacité énergétique urbaine: 6% pour les pays développés, 57% pour l’Asie et 29% pour l’Afrique et le Moyen-Orient. On estime que les villes qui auront une croissance exponentielle sont Beijing, Delhi et Lagos. Comme cela est-il possible ? Grâce à la disparition totale des voitures.

Selon Scientific American, les régions qui ont le plus de potentiel ne sont pas enfermées dans cette obsession pour le déplacement individuel (voiture) et dans l’étalement urbain. La planification urbaine et le transport peuvent d’ailleurs être plus qu’un défi pour les villes industrialisées !

À bien des égards, l’efficacité des politiques d’économie d’énergie en milieu urbain dépend de la maturité des villes en question. Celles qui sont obnubilées par le prix de l’essence sont sur le mauvais chemin alors que celles encourageant les habitants à trouver des solutions alternatives pour le déplacement sont sur la bonne voie. D’ailleurs, les pays en développement peuvent limiter l’étalement urbain tant qu’il est encore temps ce qui permettrait de limiter fortement la consommation énergétique.

Bien heureusement, ces politiques commencent à émerger. La Chine a récemment conclu un accord sur le changement climatique avec les États-Unis, étant donné que les deux nations sont les plus grands consommateurs d’énergie au monde. Partout dans le monde, on essaie de privilégier les déplacements doux et les transports en commun.

Tout au long de l’année, des équipes travaillent en partenariat avec le mode d’exploitation de la puissance de l’information. La connaissance est la première étape sur la voie du progrés. Prenons cette information et changeons le monde ensemble !

Source: http://magazine.good.is/infographics/urban-energy

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *