La carte comme support de dénonciation : le mobilier anti-SDF à Toulouse


Le mobilier anti-SDF est un mobilier urbain visant à empêcher les personnes Sans Domicile Fixe d’occuper un espace public plus de quelques heures voir quelques minutes. Ce mobilier prend plusieurs formes : des accoudoirs installés sur un banc public, des reliefs (type cailloux) sur des surfaces planes, des picots le long d’une vitrine… L’objectif est alors de rendre inconfortable l’espace pour contraindre les personnes à se diriger ailleurs pour s’installer (que ce soit pour s’assoir, pour s’allonger ou pour s’abriter). Ce dispositif fait débat dans la mesure où cela ne génère pas une réduction du nombre de SDF mais seulement un rejet de ces personnes, cela les redirige vers d’autres espaces tant que ces derniers ne sont (pas encore) équipés du dispositif.

C’est une dizaine de militants du parti politique de gauche La France Insoumise (LFI), parti lancé par Jean-Luc Mélenchon en février 2016, « les insoumis(es) », qui se sont mobilisés. L’idée était de produire une cartographie du mobilier anti-SDF de la ville de Toulouse pour dénoncer cette stratégie de rejet du centre-ville.

 

Une carte riche qui n’a de cesse de s’enrichir

Cette carte  a été faite sur Google Maps dans l’espace My Maps. Les lieux (28 pour l’instant) dotés d’installations anti-SDF sont localisés, accompagnés d’une photographie de l’installation en question et de commentaires tels que « Toujours pas fakir ? », « Décidément, on n’aime pas les surfaces planes à Toulouse » ou encore « Combo : pas s’abriter, pas s’allonger, pas s’asseoir ». Une nouvelle mobilisation a été organisée le samedi 3 février 2018 afin de continuer la collecte des données sur d’autres quartiers (Patte d’Oie et Saint-Michel) et d’enrichir la carte interactive. Aussi, il est possible de contribuer à cette collecte de manière individuelle et autonome comme le stipule le post (ci-dessous) de la page Facebook des insoumis toulousains.

Page Facebook La France Insoumise – Toulouse

Les données collectées ont été catégorisées selon l’objectif de l’installation ou de la désinstallation :

  • Empêcher de s’asseoir
  • Empêcher les gens de s’allonger
  • Suppression du mobilier pour s’assoir
  • Remplacement des bancs
  • Empêcher de s’abriter

Google Maps – My Maps – Mobilier anti-SDF

 

Une dénonciation pour un retrait de ces installations

Ainsi cette carte nous permet de constater que les données concernent principalement le centre-ville de Lyon, mettant en avant l’objectif de repousser les personnes SDF en périphérie de la ville, loin des commerces, du centre administratif, des touristes… autrement dit à l’écart de la vie toulousaine, des structures et des personnes susceptibles de venir en aide à ces personnes. C’est aussi la masse d’informations récoltées qui attire l’attention. Néanmoins, il faut garder à l’esprit qu’il s’agit d’une carte, un support relevant de choix de la part de la personne qui le produit : des choix dans le mode de représentation, dans la traduction de l’information récoltée, dans les données représentées et dans le message transmis. L’idée étant de démontrer la stratégie de rejet, lancée par les pouvoirs publics,  du centre-ville c’est pourquoi les données sont essentiellement dans cette zone de la ville. Conserver son regard critique est indispensable, particulièrement pour ce type de contenant, de contenu et de producteur.

Charly Henriot, un des organisateurs de cette collecte de données a affirmé : « À travers cette carte, nous voulons montrer que non seulement on ne trouve pas de solution pour les personnes à la rue, mais on a en plus tendance à les chasser du centre-ville », « c’est un objet et support de dénonciation pour qu’on arrive à faire retirer ce mobilier urbain » (Ladepeche, 2018). Sur le site internet de La France Insoumise nous pouvons lire : « Rappelons que ce type de mobilier urbain vise à éloigner les personnes sans-abri des centres-villes, en les envoyant toujours plus en périphérie là où leurs chances de survie sont encore plus faibles. La chasse aux SDF est ouverte, et la France insoumise dénonce de telles pratiques » (site internet LFI). C’est donc une véritable bataille contre ces dispositifs qui est lancée. A l’instar de Christian Page, un homme SDF qui a dénoncé sur Twitter des installations anti-SDF (sur une bouche d’aération propulsant de l’air chaud installées en décembre 2017) à Paris et qui est parvenu à mobiliser un grand nombre de personnes conduisant au retrait de l’installation par la mairie de Paris, les « insoumis » entendent faire retirer les installations.

Twitter – @pagechris75

 

Des initiatives partout en France

Ces installations ne sont pas les bienvenues pour tout le monde, de nombreuses mobilisations ont vu le jour ces dernières années pour dénoncer ces pratiques. Courant décembre 2017 la Fondation Abbé Pierre et l’association Emmaüs ont lancé une large campagne de mobilisation dans quelques villes de France avec des affiches « Au lieu d’empêcher les SDF de dormir, offrons-leur un logement décent » placardées sur l’espace public, un site internet soyonshumain.fr doté d’une carte interactive du mobilier anti-SDF et la création d’un hashtag #SoyonsHumains pour que les internautes dénoncent les installations anti-SDF sur les réseaux sociaux. Grâce à ces mobilisations, certaines installations ont été retirées par les pouvoirs publics ou les commerçants comme les barrières au dessus de bouches d’aération comme cité précédemment ou encore les installations sur un banc installées par la banque Crédit Agricole à Toulouse en janvier 2018.

 

 

Bibliographie :

MB, HS, 06/12/17, « Douche, picots, plans inclinés…Les internautes se mobilisent pour dénoncer les aménagements « anti-SDF » », 20minutes. URL : https://www.20minutes.fr/societe/2182603-20171206-douche-picots-plans-inclines-internautes-mobilisent-denoncer-amenagements-anti-sdf

Gérald Camier, 29/01/2018, « Le mobilier anti-SDF recensé par des militants de la France Insoumise », Ladepeche

RL, 27/12/17, « Paris : le dispositif anti-SDF relayé sur les réseaux sociaux, retiré par la mairie », 20minutes. URL : https://www.20minutes.fr/paris/2193747-20171227-video-paris-dispositif-anti-sdf-relaye-reseaux-sociaux-retire-mairie

Aubin Laratte, 26/01/18, « Toulouse : une carte recense les installations de mobilier anti-SDF », ActuToulouse. URL : https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/carte-toulouse-mobilier-anti-sdf-installe-peu-partout_15224131.html

Romain Lescurieux, 20/03/17, “Paris : des bancs anti-SDF à la station Stalingrad ? « Surtout anti-toxicos », répond un agent de la RATP », 20minutes. URL : https://www.20minutes.fr/paris/2033959-20170320-paris-bancs-anti-sdf-station-stalingrad-surtout-anti-toxicos-repond-agent-ratp

Nicolas Zaugra, 7/12/17, « Dispositifs anti-SDF à Metz : la Fondation Abbé Pierre et Emmaüs s’alarment », Lorraineactu. URL : https://actu.fr/grand-est/metz_57463/dispositifs-anti-sdf-metz-fondation-abbe-pierre-emmaus-salarment_14360138.html

 

Sitographie:

https://lafranceinsoumise.fr

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *