L’amélioration des données géographiques dans la direction Centre-Est de l’IGN


L’Institut National Géographique (IGN) est le référent national pour la production, la diffusion et la mise à jour des données géographiques sur l’ensemble du territoire français. Créé en 1940 à la suite d’un décret, faisant office de succession au Service Géographique de l’Armée, l’IGN fournit des informations géographiques sous forme de référentiels. Afin d’en assurer l’actualisation, l’IGN est divisé en cinq directions interregionales, responsables sur le plan local des missions de l’Institut pour produire et diffuser les référentiels. L’une d’elle, la direction interregionale Centre-Est (DIRCE), implantée sur les deux régions Auvergne-Rhône-Alpes et Bourgogne-Franche-Comté, a pour objectif le développement de services et de projets novateurs.

Une des missions principale de la DIRCE est la mise à jour du Référentiel à Grande Echelle (RGE®), des cartographies forestières etc. grâce à une récolte d’informations par ses propres moyens. Les deux régions disposent de variétés de paysages (massifs forestiers, montagnes, parcs nationaux et régionaux, pôles urbains comme Grenoble ou Lyon etc.) qui induisent des spécificités topographiques non négligeables pour la production de données géographiques. En tout, c’est une quarantaine d’agents qui oeuvrent à la production et à la mise à jour de des bases de données géographiques.

La description du territoire régional qui en découle est primordiale pour nouer des liens avec des partenaires publics et privés: « au-delà des collectivités que nous accompagnons dans le développement de bases de données géographiques, nous nouons de nombreux partenariats avec des plateformes d’information géographique […] comme c’est le cas avec le Centre régional auvergnat pour l’information géographique (CRAIG) » Frédéric Deneux, Directeur du CRAIG. Une autre mission est la représentation institutionnelle de l’Institut auprès des préfectures, des collectivités, des associations etc., la DIRCE, pour coller le plus précisément possible aux attentes, organise des comités régionaux. Ces rencontres permettent de bâtir un programme de développement de géoservices, de données géographiques au plus près des besoins. La DIRCE participe également à des projets innovants comme le Grand Genève pour aider des PME dans la conception et le développement de géoservices, comme le dispositif Geofab.

Geofab, c’est un outil conçu pour mettre à disposition des données géographiques transfrontalières entre la France et la Suisse. Le premier appel à projet a été lancé en avril 2017. Geofab représente le dispositif qui mutualise le Système d’Information du Territoire Genevois (STIG) disposant de 800 couches de données géoréférencées et l’IGN qui fournit des données propres à la région. Geofab vise donc à créer de la valeur ajoutée au-travers de solutions numériques innovantes dans tous les domaines de recherches (transition énergétique, mobilité, transport etc.).

geofab

Source: https://www.geofab-grandgeneve.org/les-donnees/les-geodonnees-des-partenaires/

Une des problématiques qui s’imposent à la DIRCE est la cartographie des pentes et des massifs montagneux pour favoriser une meilleure connaissance du risque d’avalanche. Ce risque est fortement connu de la région Auvergne-Rhônes-Alpes qui compte environ une trentaine de victimes chaque année. La France est même le pays qui compte le plus grand nombre de décès enregistrés suite aux avalanches. La cartographie qui induit une meilleure connaissance géographique est donc indispensable. Dès 2016, l’IGN a réalisé une représentation graphique des pentes qui sont accessibles depuis novembre 2016 sur le site national http://geoportail.gouv.fr. La cartographie des pentes, pour être compréhensible et accessible à tous, propose une représentation cartographique propre:

  • jaune : relief entre 30 et 35 degrés
  • orange : relief entre 35 à 40 degrés
  • rouge: relief entre 40 et 45 degrés
  • violet: relief entre 45 et 90 degrés

« L’ensemble des tests réalisés sur la Savoie ont offert un niveau de précision remarquable. Et, même au-delà de l’information sur les risques d’avalanches, la cartographie des pentes peut prévenir d’autres risques naturels (glissements de terrain, inondations, éboulements etc.), l’assainissement, l’exploitation forestière ou ou encore les travaux publics » (François Perrussel-Morin, Directeur de la DIRCE).

Cartographie des pentes – Exemple des Alpes françaises

alpeslegende

Source: http://geoportail.gouv.fr.

 Sources de l’article: 

  • IGN Magazine, n°86, avril-mai-juin 2017
  • ign.fr
  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Institut_national_de_linformation_geographique_et_forestiere

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *