L’atlas des préjugés : ludique ou politique ?


« Depuis Astérix, on n’avait jamais autant ri des stéréotypes nationaux », estime l’hebdomadaire allemand Der Spiegel. Faire rire, une fonction méconnue des cartes… Celles-ci ne sont pas l’oeuvre d’un géographe.

L’atlas des préjugés a été écrit par Yanko Tsvetkov, un graphiste bulgare qui a vécu en Allemagne, en Espagne et au Royaume-Uni. Les cartes qui le composent ont été produites à partir de 2009, publiées en recueil en 2012, traduites en français en 2015 et depuis multidiffusées sur les réseaux sociaux, notamment Facebook.

Ces cartes, a priori, intéressent peu les géomaticiens car elles n’ont aucune vocation professionnelle et ne relèvent pas de l’aide à la décision. Elles ne proposent pas une grande quantité d’informations, n’ont pas besoin de légende, leur graphisme est pour le moins très sommaire. Seul l’aspect ludique retiendra l’attention du lecteur.

Mais sous couvert de ludisme, ces cartes ne renferment-elles pas un ensemble de messages plus profonds ? Un graphisme sommaire pour des images produites par un graphiste… qui a sûrement compris que les messages passaient mieux sur des cartes qui ne sont pas trop surchargées. Il s’agit de « préjugés », l’auteur nous indique dès le titre qu’il n’y a pas de dimension politique, qu’il rit seulement de préjugés supposés. Et pourtant, affirmer que les grecs considèrent les portugais comme des « peureux » ou que les russes voient les irlandais comme des « ivrognes », n’est-ce pas affirmer un point de vue ?

L’Europe vue par la Russie

2

L’Europe vue par la Grèce

Le ludisme est un moyen très efficace de faire passer des messages politiques, l’air de rien. La carte également. Et la diffusion sur les réseaux sociaux multiplie évidemment le phénomène car ces cartes seront rapidement vues par des millions de personnes à travers le monde. Que risque l’auteur ? Rien ! Il n’insulte personne, il prétend simplement que certains peuples ont des préjugés sur d’autres.

Le monde a tout de même changé. Qu’aurait dit Hitler si on avait prétendu à l’époque que les autrichiens considéraient les allemands comme des « voleurs de culture » ? Qu’aurait dit Franco si on avait prétendu à l’époque que les italiens considéraient les espagnoles comme des « filles en chaleur » ? Qu’aurait dit Ceaucescu si on avait prétendu à l’époque que les autrichiens voyaient les roumains comme des « voleurs de sacs à main » ? Le message principal n’est-il pas « aujourd’hui on peut rire de tout avec tout le monde » ? A noter tout de même : les cartes et les points de vue ne concernent quasiment que l’Europe…

L'Europe vue par l'Autriche

L’Europe vue par l’Autriche

L’Europe vue par Silvio Berlusconi

Sources :

Atlas des préjugés, Yanko Tsvetkov, 2012 (2015), Edition Les Arènes

http://autre-info.com/les-droles-cartes-latlas-prejuges/

http://www.huffingtonpost.fr/2014/10/11/atlas-des-prejuges-carte-stereotype-comment-francais-voient-europe_n_5965926.html

http://www.liberation.fr/planete/2014/05/12/les-pays-europeens-vus-par-leurs-voisins_1015385

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *