Aux États-Unis : les trajets domicile-travail pour tracer les mégarégions


Garrett Dash Nelson du Dartmouth College et Alasdair Rae de l’université de Sheffield proposent un redécoupage des Etats-Unis basé sur les migrations domicile-travail. Leur travail se base à l’échelle des îlots de recensements (census tract) sur plus de 4 millions de déplacements. Ceux-ci sont inférieurs ou égaux à 160km.

Le but est, à partir de ces réseaux, de tracer le territoire des « mégarégions ». Une mégarégion est, aux États-Unis, une région qui dépasse les limites administratives des États et qui regroupe autour d’un centre métropolitain une orbite de villes plus petites.

Le jeu de données a été traité comme un réseau de nœuds (les îlots de recensement) et de relations (les trajets domicile-travail). Une méthode statistique a ensuite été appliquée pour en mesurer la modularité. La modularité est une mesure permettant de déterminer des groupes de nœuds très reliés en eux (ou communautés).

Ici les relations peu fréquentes et de l’ordre du hasard valent 0, celles appartenant à un réseau très construit valent 1. De cette manière les données sont traitées indépendamment de leurs coordonnées géographiques, et seules la quantité de trajets entre chaque îlot compte. Le reste de la méthode et les différentes étapes d’observations et de commentaires font l’objet d’un article.

Les nombreuses cartes qui en résultent, à différentes échelles, témoignent des pratiques de mobilités aux États-Unis. Elles tracent également une carte des bassins d’emplois et recouvre des enjeux d’aménagements très importants sur la questions des infrastructures, notamment routières.

journal.pone.0166083.g006

journal.pone.0166083.g011

Liens externes :

Garrett Dash Nelson et Alasdair Rae, 2016, An Economic Geography of the United States: From Commutes to Megaregions

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *