Les SIG appliqués au domaine de l’éolien.


La géomatique est à l’heure actuelle un outil primordial dans la réalisation de projet. Elle permet de prévisualiser un projet d’aménagement donné sur un territoire. Notamment en cas d’empiètement, vis-à-vis de la population voisine de cet aménagement.

Le domaine éolien en est un exemple type de l’utilisation de ces outils SIG.

Simulation d’insertion d’éolienne. (Image.1_source n°1)

Les éoliennes, ou « unités de production d’électricité qui s’inscrivent dans une démarche de développement durable », sont des entités qui nécessitent consultation et expertise du territoire environnant afin d’évaluer leur impact lors de leur mise en place sur un territoire.

Bien qu’elles soient vus de façon positives par certains, en étant une nouvelle source d’énergie, d’autres verront en elles un intru paysager suscitant même une « pollution visuelle».

Le projet d’installation d’éoliennes devient ainsi un aménagement qu’il faut penser de façon concertée. D’autant plus que depuis 2005, lorsqu’un projet de telle envergure se prépare, une nouvelle réglementation est à suivre. La loi d’orientation du 13 juillet 2005 prévoit lors de la création de Z. E. D. (zones de développement d’éolien) l’obligation d’achat des kilowatts produits par EDF.

C’est pourquoi nous faisons appel à des spécialistes, capable de produire des schémas permettant d’acquérir une vision globale de l’impact de cet aménagement. Ils permettent également de trouver des solutions d’implantation, qui puissent convenir aux deux partis en désaccord.

L’installation d’éolienne est un aménagement paysager de grande importance. Entrant dans l’évolution et dans le développement durable, elle se doit de conserver et préserver les particularités du paysage qui vont l’entourer.

(Image.2_source n°2)

Le développement d’outils tels que QGis, Spatial Analyst voire d’autres encore, font ressortir les enjeux du territoire et les effets du projet.

Dans les faits, les spécialistes sont amenés à produire des cartes, permettant d’avoir une vision sur le périmètre du projet. On peut prendre l’exemple de l’Avesnois, étudier la création d’une carte faisant la simulation d’une insertion d’éoliennes de 150 m de haut, et en voir l’angle de perception mais également le périmètre qui sera concerné par elles.

 

Ces cartes donnent une vision globale plus rationnelle, plus compréhensible, montrant les contraintes et les réglementations qui sont en rigueur.

 

De cette façon les élus/acteurs reçoivent un document faisant foi de l’ampleur du programme. Ils peuvent ainsi prévoir une solution d’aménagement afin de préserver et conserver l’unité paysagère du site. Le but des outils SIG n’est pas uniquement d’être utilisés, mais de les mettre au service d’une réflexion d’aménagement et aider à une meilleure prise de décision.

 

(Image.3_source n°4)

 

In fine, le programme d’aménagement qui s’en suivra pourra se fondre dans le paysage dans le cas où toutes les précautions nécessaires sont prises.

 

 

Sitographie :

n°1 : http://alise.pagespro-orange.fr/eolien.htm

n°2 : https://www.esrifrance.fr/iso_album/p11_pnr_avesnois.pdf

n°3 : http://alise.pagespro-orange.fr/eolien/schema_eolien_esri.htm

n°4 : https://echogeo.revues.org/13785

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *