Patrimoine mondial de l’UNESCO, une carte interactive pour les recenser


Le Machu Picchu, un des biens classé à l''UNESCO

Le Machu Picchu, un des biens du patrimoine mondial de l’UNESCO

Un peu plus d’une semaine après les journées du patrimoine qui se sont déroulées le weekend du 17-18 septembre, il m’a semblé intéressant de revenir sur la cartographie du patrimoine classé au patrimoine de l’UNESCO, et plus particulièrement le patrimoine en danger.

Le patrimoine mondial de l’UNESCO

Les critères de sélections

Pour être classé comme patrimoine mondial de l’UNESCO, le site doit satisfaire un des 10 critères de sélection, répartis en 2 catégories:

  • critères culturels
  • critères naturels

Inscription

  • Élaboration d’une liste recensant le patrimoine sur le territoire étatique (fait par chaque état).
  • La proposition d’inscription est ensuite soumise au centre du patrimoine mondial qui vérifie si elle est complète, c’est-à-dire avec toute la documentation et carte possible. Si il est validé par le centre, le dossier est transmis aux organisations consultatives compétentes pour évaluation. Elles sont au nombre de 3: le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS); l’Union mondiale pour la nature (UICN) et le Centre international d’étude pour la préservation et la restauration des biens culturels (ICCROM).
  • Une fois qu’un site a été proposé et évalué, c’est au Comité intergouvernemental du patrimoine mondial qu’appartient de valider ou non une inscription. Le comité se réunit une fois par an afin  de décider quels sites feront leur entrée sur la liste du patrimoine mondial.

Capture d’écran de la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO (source: http://whc.unesco.org/fr/carte-interactive/)

La liste

Capture d'écran carte des nouveau bien de la liste du patrimoine de l'UNESCO 2016 (source: http://whc.unesco.org/fr/nouveauxbiens/)

Capture d’écran carte des nouveaux biens de la liste du patrimoine de l’UNESCO 2016 (source: http://whc.unesco.org/fr/nouveauxbiens/)

En 2016, ce sont 21 inscriptions qui ont été reçues par le comité, portant à 1650 le nombre de sites classés pour leur valeur de bien commun de l’humanité sur la liste.

Le site de l’UNESCO nous propose une carte interactive où sont placés les différents sites dans le monde. Chaque point représente un bien. Les sites sont classés selon leurs types. De ce fait, il y a 3 types de figurés : un losange jaune représentant les biens qu’on pourrait classer de culturels, un rond pour les biens naturels, et enfin un dernier symbole jaune et vert pour les bien mixtes.

Il est possible de zoomer sur
le fond de carte google map, afin de visionner un point
sur la carte. Il est possible d’obtenir des informations sur le bien. En passant au dessus d’un point sur la carte on a la possibilité de
cliquer dessus. Si on clique, on a une fenêtre présentant le bien. A partir de cette fenêtre, si on clique à nouveau sur le nom du lieu, on est redirigé vers la
page précise du lieu et ses différentes caractéristiques.

Pour ceux voulant récupérer cette carte, il est possible de la télécharger en différents formats (RSS 2.0, XML, KLM pour Google Earth, Excel).

Le patrimoine en péril

Actuellement, 55 biens sont inscrits sur la liste du patrimoine en péril.

La classification

Capture d'écran du patrimoine mondial en péril (source: http://whc.unesco.org/fr/peril/)

Capture d’écran du patrimoine mondial en péril (source: http://whc.unesco.org/fr/peril/)

Elle intervient sur décision du comité du patrimoine mondial, en utilisant l’Article 11 de la convention. La principale raison de qualification de ces lieux est due à une situation sur des territoires en difficultés ou en conflits armés. C’est notamment le cas des biens situés en général au Moyen-Orient ou en Afrique du Nord. Mais il faut également prendre en compte le critère du réchauffement climatique puisqu’on voit par exemple qu’aux Etats Unis le site des Everglades est menacé aussi.

Selon l’article 11, seul les biens du patrimoine culturel et naturel qui sont menacés par des dangers graves et précis peuvent faire l’objet de la classification comme bien en danger :

  • « Menace de disparition due à une dégradation accélérée, à des projets de grands travaux publics ou privés, au rapide développement urbain et touristique » ;
  • « La destruction due à des changements d’utilisation ou de propriété de la terre » ;
  • « Les altérations profondes dues à une cause inconnue » ;
  • « L’abandon pour des raisons quelconques » ;
  • « Un conflit armé venant ou menaçant d’éclater » ;
  • « Les calamités et cataclysmes, grands incendies, séismes, glissements de terrain » ;
  • « Les éruptions volcaniques » ;
  • « La modification du niveau des eaux, les inondations, les raz-de-marée ».

A noter que sur les 55 sites aujourd’hui en danger, seulement 12 l’étaient avant 2000. Cela prouve qu’outre le fait de classement, l’UNESCO cherche aussi à accélérer son processus de sauvegarde des biens les plus en danger.

 

Source:
http://whc.unesco.org/fr/

 

By Maxime.C

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *