Les 15 lieux les plus vulnérables au changement climatique en Afrique


tmp569481464014438400

Alors que s’ouvre la 22ème conférence des parties au Maroc, les effets du changement climatique continuent de faire leur ravage à travers le monde. La convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) définie celui-ci comme des changements qui sont attribuées directement ou indirectement à une activité humaine altérant la composition de l’atmosphère mondiale et qui viennent s’ajouter à la variabilité naturelle du climat observée au cours de période comparables. Par contre le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) le définit pour tout changement de climat dans le temps, qu’il soit dû à la variabilité naturelle ou aux activités humaines. Néanmoins, quel que soit la définition employée pour caractériser ce phénomène, le continent africain s’avère le plus vulnérable face à ce risque climatique d’autant plus que c’est le continent qui contribue fort peu. L’objet de cet article est de vous montrer par la magie de la carte les 10 pays les plus vulnérables au dérèglement climatique.

A Saint louis (Sénégal)

L’érosion à Saint Louis menace les cotes de la langue de barbarie (appellation donnée à la région de Saint Louis). Pour pallier à cette érosion côtière, le gouvernement creuse une brèche de quatre mètres. Mais cette bande de sable qui constitue une barrière de 25km entre l’océan atlantique et le fleuve Sénégal est aujourd’hui menacée.

carte_depart_saintlouis

Grand Bassam (Cote d’Ivoire)

Carte-Fiche-pays-Cote-Ivoire-300_1_0

Menacée par l’érosion côtière, Grand Bassam est bâti sur une bande de terre entre l’océan et la lagune. Cette cité a perdu ses grands commerces, son marché, sa scierie, tous submergés par les ilots.

Région Côtière de Guinée

Le niveau de la mer de la région de Guinée augmenterait de  plus de 80 centimètres de hauteur, 30% des terres agricoles risqueront d’être perdu  si rien n’est fait pour atténuer les effets du changement climatique d’ici 75 ans.

Le lac Tchad

lac Tchad

En cinquante ans, le lac Tchad a perdu 80% de sa superficie à cause des effets du changement climatique.

Bande Sahélienne

Bande sahélienne

Selon la banque mondiale, les précipitations se raréfient dans la bande sahélienne et cela est due aux effets liés au changement climatique. Le calendrier pluviométrique a changé. Cela représente une catastrophe dans une région ou les populations sont essentiellement dépendantes de l’agriculture pluviale.

Forets du bassin du Congo

foret bassin congo

Cette zone est victime depuis plusieurs années de la déforestation qui est due à une pression croissante exercée par les activités humaines.

Région du centre et du sud de la Tunisie

Cette région est victime de la sécheresse qui frappe tous les trois ans. En 2013, seulement 42% des superficies programmées ont été semées soit 276000 hectares. La baisse des précipitations devrait durer.

Madagascar

Cette région est caractérisé par la présence des catastrophes naturelles. Ce pays est fortement exposé aux cyclones tropicaux qui font milliers de morts.

Alexandrie

La ville d’Alexandrie a subi plusieurs dégâts liés aux tremblements de terre. Ce sont plusieurs menaces qui s’annoncent d’ici 2030 (hausse du niveau de la mer, inondation, érosion côtière).

Lomé (Togo)

Le littoral de Lomé est rongé par l’érosion côtière liée aux effets de l’océan sur les berges. Les premiers bâti de cette ville sont longés le long de la cote à 10km de la mer. Par conséquent avec les effets du changement climatique, les villages situés le long de la cote disparaissent progressivement.

Casablanca (Maroc)

Les effets du changement climatique sont responsables des risques d’inondations fluviales qui connaissent cette région. Elles sont responsables de l’augmentation du niveau de la mer. En cas de tempête les zones longés sur le front de mer risquent de subir de plus en plus de dégâts.

Vallée du Nil

Vallée du Nil

La vallée du Nil est confronté aux effets du changement climatique. Il se caractérise par la montée des eaux de la vallée qui menacent le long du Nil, du Delta, du Nil blanc en passant par le Nil bleu en Éthiopie.

Vallée de Bouregreg, Maroc

Les changements climatiques ont aggravé les risques naturels de la région: inondation, risque sismique, submersion marine, instabilité des sols.


Sources:

http://www.jeuneafrique.com/44098/politique/r-chauffement-climatique-la-carte-des-15-lieux-les-plus-menac-s-d-afrique/

http://unfccc.int/portal_francophone/essential_background/convention/items/3270.php

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *