La cartographie de la peste à Madagascar


I. L’épidémie de la peste sévit fortement  Madagascar

La peste est une maladie causée par une bactérie (Yersinia pestis). Il s’agit d’une maladie infectieuse contagieuse, endémique et épidémique qui est transmise du rat à l’homme par les piqûres de puces. On distingue deux principales formes de la peste : la peste bubonique (directement transmise par les puces),  la peste pulmonaire (transmise d’homme à homme par inhalation).

Il existe trois voies principales de transmission de la peste chez l’homme :

  • La piqûre d’une puce infectée est la voie de transmission la plus commune. Elle implique généralement la transmission par la puce de la bactérie du rongeur infecté à l’homme.
  • Le contact direct lors de la manipulation d’animaux infectés peut également entraîner une infection humaine. La bactérie peut pénétrer dans l’organisme humain par des lésions cutanées ou des muqueuses de la bouche, du nez ou des yeux.
  • La transmission aérienne de l’agent infectieux peut se produire lorsque des gouttelettes contenant des bactéries émises notamment lors de la toux sont inhalées par d’autres personnes.

Il s’agit d’une épidémie endémique à Madagascar. En effet  la peste réapparaît chaque année à Madagascar, généralement de septembre à avril.  Mais cette année, l’épidémie a commencé plus tôt que d’habitude et a été la plus meurtrière. A ce jour, Madagascar compte 124 morts depuis août.

 

II. Une cartographie de l’épidémie de la peste à remettre en question

Cette carte constitue une des seules et plus récentes cartes réalisée sur la situation de la peste à Madagascar en 2017. Cette carte a été réalisée en octobre 2017 par le Ministère de la Santé Publique et le Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes (BNGRC) à Madagascar. La carte nous montre informe que l’épidémie de la peste a affecté 34 Districts qui sont repartis dans les 14 Régions de Madagasikara. Au total, 500 cas de la peste ont été enregistrés pour l’ensemble de la Grande Île, dont :

  • 54 décès ;
  • 351 cas de formes pulmonaires,
  • 136 cas de formes buboniques ;
  • avec 13 autres cas non précisés.

Cette carte nous montre que la peste affecte surtout les zones urbaines, notamment dans la capitale Antananarivo et à Toamasina, deuxième ville du pays.

Le risque d’obtention de données inexactes et non précises

Les informations accompagnant la carte n’informe pas sur le fait que la saison pesteuse coïncide avec la saison des pluies, la tradition malgache du « retournement des morts » et la recrudescence des feux de brousse (qui repoussent les rats vers les villes et les villages). La bactérie de la peste, qui se développe chez les rats, est véhiculée par les puces.

Le nombre de personnes infectés peut être inexact. Tout d’abord parce que l’obtention des données fait face à des enjeux culturels. Premièrement la culture malgache fait que c’est honteux pour les personnes infectés de ne pas être enterré dans le tombeau familial. Deuxièmement l s’agit d’une maladie stigmatisante, signifiant que les personnes infectées sont « sales ». Troisièmement la communauté a du mal à venir à l’hôpital pour chercher des soins.

Puis l’obtention des données fait également face à des enjeux politiques, notamment lié à la corruption. En effet les responsables paient la famille des morts testés négativement pour déclarer qu’ils sont victimes de peste. Et ce dans le but d’augmenter le nombre de morts de la peste pour obtenir de l’argent venant des aides étrangère.

Enfin, certains ne déclarent pas les personnes touchées par la peste parce qu’il y a une ignorance de la maladie dans certains endroits enclavés.

 

Proposer une cartographie du risque pesteux

La carte du risque pesteux permettra de mettre en place des mesures pour la prévention et la gestion du risque. Ces cartes pourraient être construites à partir de données prenant en compte l’urbanisation et donc sanitaire (problèmes d’assainissement et les conditions d’hygiène), services de communication, offre de services de prévention et protection (système de santé, collecte des ordures, provision en eau potable…), les feux de brousses, les zones inondées par les lacs et rizières…

 

Liens :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Peste

http://gasikara.info/situation-generale-epidemiologique/

http://www.pasteur.mg/fiche-dinformations-sur-letat-de-la-peste-a-madagascar-3/

http://www.linfo.re/ocean-indien/madagascar/728426-peste-a-madagascar-54-deces-et-500-cas-selon-un-nouveau-bilan-de-la-piroi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *