Trouver du travail aux Etats-Unis ? C’est facile avec un SIG 1


Emploi_USA

Plus de 600 000 actifs américains font, chaque jour, 50 kilomètres soit 1h30 de trajet pour se rendre sur leur lieu de travail, ce sont les « méga-navetteurs ». Grâce à une récente étude sociologique par le doctorant Robert Manduca, la territorialisation géographique de l’emploi aux Etats-Unis fouette les nombreuses idées reçues. Son étude s’est élaborée grâce à un panel innombrable de données longitudinales grâce aux données employeurs-employés par le US Census Bureau.

Sa cartographie consciencieuse détaille chaque emploi par un point puis par un découpage en couleur pour les natures différentes. En rouge, ce sont les emplois dans le domaine commercial et la fabrication industrielle, pour les services professionnels ils sont en bleu, en vert les emplois dans le domaine éducatif et relatif au gouvernement, et en jaune pour l’hôtellerie. Pourtant, manque à l’appel tous les emplois fédéraux par manque de données, et tous ceux dans l’Etat du Massachusetts, seul Etat d’ailleurs qui n’a pas voulu diffuser ces informations. Cette application devrait servir à tous les travailleurs américains, pour la recherche d’un travail d’une part puis pour les jobs créateurs d’économie d’autre part.

« Je suis d’ailleurs surpris par ces emplois qui sont tant diffusés dans l’espace, […], même avec la croissance des banlieues ces cinquante dernières années, les centre-villes restent le lieu privilégié pour la concentration d’emploi. En banlieue, tous les emplois sont concentrés près des autoroutes ou dans des parcs de bureaux. Mais la réelle question est pourquoi de si grandes villes concentrent si peu d’emplois ? », R. Manduca.

Emploi_USA2

Cette étude sociologique pointe le doigt sur les transports employés/lieux de travail qui sont toujours de plus en plus longs. En plus de ces « méga-navetteurs », plus de 10 millions d’Américains voyagent chaque jour plus de deux heures pour aller travailler, d’après une étude du Bureau de recensement en 2013. Ces temps de trajets peuvent impliquer sur le long terme, un manque de motivation et d’optimisation, une augmentation de la fatigue, une perte d’énergie, une augmentation de la pression artérielle, du cholestérol et un risque de dépression. Pour 40% d’entres eux d’ailleurs, le risque de divorce est beaucoup plus élevé !

Avec le développement des zones résidentielles dans les banlieues des grandes villes américaines, ce sont les minorités et les classes les plus pauvres qui ont vu leur temps de trajet diminué de 7 à 3%. De plus en plus, la banlieue devient attrayante pour les travailleurs à bas salaires même si l’étalement urbain ne propose que des emplois nécessitant un petit niveau d’étude.

Source: http://magazine.good.is/infographics/mapping-job-sprawl-in-america


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Trouver du travail aux Etats-Unis ? C’est facile avec un SIG

  • JBF

    Captivant !!
    A noter toutefois que le sociologue en question est doctorant, non docteur. Attention au sens de votre traduction : « The counterpoint to this is the extent to which large parts of major cities—even parts that are very densely populated—have relatively few jobs. » -> il y a bien toujours concentration de l’emploi dans les principaux centres urbains, les hypercentres, ce qui fait que de larges parts des grandes villes – même très densément peuplées [mais en situation davantage périphérique] – offrent relativement peu d’emploi [par rapport à ces hypercentres précisément]. L’idée est bien qu’il y a un décalage de plus en plus marqué entre géographie de l’emploi et géographie du logement, le fameux « spatial mismatch ».
    Dommage que la cartographie initiale n’ait pas de légende et que certains emplois fédéraux comme le Massachusetts résistent à l’ouverture des données, d’autant que le cas de ce dernier Etat est assez intéressant en étant polarisé à la fois par New York et par Boston.
    Et voilà qui rejoint les études menées côté européen sur l’augmentation des navettes à large échelle. Vraiment stimulant !